Artisanat et révolution

Ceci est le texte d’une conférence donnée au Centre d’art contemporain du Parc Saint-Léger à Pougues-les-eaux le 4 avril 2017, en marge de l’exposition de Florentine Lamarche et Alexandre Ovize, Les motifs sauvages (19/02 – 30/04/2017). Que sa directrice, Catherine Pavlovic, soit chaleureusement remerciée de son invitation.

Florentine Lamarche et Alexandre Ovize, L’Artichaut, 2015

Dans leurs gros vases en céramique, qu’ils ont produits au Mexique, Florentine Lamarche et Alexandre Ovize glissent parfois une chaussure, elle aussi en céramique. Etrange endroit. A qui appartiennent ces chaussures ? Est-ce à un mort, comme si la chaussure était tout ce qu’il en restait, pieuse relique conservée dans une urne funéraire artistiquement travaillée ? Quand un artiste cache un détail dans son œuvre, et que seuls les plus fins observateurs le dénichent, c’est souvent que l’on touche là à une question personnelle, peut-être intime, une question que l’on n’a pas envie de partager forcément avec les spectateurs distraits et moyennement intéressés, mais avec ceux dont le regard patient mérite d’entrer dans la confidence.

La clé m’a été donné par Pedro Morais, critique d’art, qui a organisé il y a quelques mois une exposition à Paris, dans laquelle il exposait un de ces vases à chaussure secrète de Lamarche-Ovize. La chaussure, m’expliqua-t-il, est une allusion au cordonnier de la Commune, l’artiste des barricades, Napoléon Gaillard. Pourquoi un artisan cordonnier devint-il l’un des maîtres d’œuvre de l’insurrection et du mouvement populaire qui renversa l’ordre du monde pendant 72 jours ? Etait-ce un hasard, ou bien existe-t-il un lien structurel entre artisanat et révolution ? Et pourquoi deux artistes d’aujourd’hui font-ils signe vers cette figure glorieuse dans l’histoire des mouvements populaires, mais qui a peu laissé de trace dans l’histoire de l’art ? Ce sont les questions auxquelles je vais essayer de répondre dans l’heure qui suit. Continuer la lecture de Artisanat et révolution

Politiques de l’ornement

Je publie ici le texte de ma conférence présentée lors du colloque Ergon et Parergon. Arts décoratifs, arts appliqués, arts industriels : les beaux-arts et les autres, organisé par Alexandre Biès et Carole Talon-Hugon, Université Côte d’Azur, Nice, 1-2 février 2017.

Que les organisateurs de ce colloque soient remerciés pour la qualité de leur sélection d’intervenants, dont beaucoup ont fait de remarquables communications.

L’ornement du pouvoir

Le Corbusier, L'art décoratif d'aujourd'hui
Le Corbusier, L’art décoratif d’aujourd’hui. « Les objets utiles ont libéré autant d’esclaves d’autrefois. »

Si l’on s’intéresse aux implications politiques de l’ornement, il est à peu près sûr que les mots « faste, décorum, pompes, munificence, voire illusion », vont très vite s’inviter dans la discussion. Autrement dit, la figure politique de l’ornement la plus évidente, c’est celle de la domination. Continuer la lecture de Politiques de l’ornement

Technocritiques de François Jarrige

A propos de : François Jarrige, Technocratiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte/Poche, 2014, réédition avec une postface, 2016, 434 pages.

Qui s’intéresse aux techniques aujourd’hui se voit rapidement sommé de prendre position, tant ce débat est clivé et ressemble, par bien des égards, à l’opposition qui avait mené l’empire byzantin à la guerre civile entre iconophiles et iconophobes. On n’en est pas encore à la guerre civile entre technophiles et technophobes. Mais le débat n’agite pas que le monde distingué des salons intellectuels ; il a des implications économiques, sociales et politiques. Il nous concerne tous, qui usons et consommons des produits techniques sans lesquels notre façon de vivre serait complètement différente.

arton3286-c7e78

Une histoire politique des techniques

François Jarrige, dans son livre Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences,  entend dépasser ce clivage entre technophobes et technophiles ; car il est, selon l’auteur, dominé par le point de vue des seconds. Les technophiles seraient « ouverts au progrès » et les technophobes « archaïques et réactionnaires ».

« La ligne de fracture, ajoute-t-il, ne passe pas entre les partisans et les opposants à la technique, mais entre ceux qui prétendent que les techniques sont des outils neutres, que le progrès technique est un dogme non questionnable, et ceux qui y détectent des instruments de pouvoir et de domination, des lieux où se combinent sans cesse des rapports de force et qui, à cet égard, doivent être critiqués. » (p.12)

Dans cette reformulation des termes du débat, on perçoit assez vite un parti pris, en faveur de ceux qui articulent technique et pouvoir et remettent en cause l’idéologie du progrès. La soi-disante « neutralité » des techniques ne serait qu’un argument utilisé par ceux qui les promeuvent pour masquer ce à quoi elles leur servent en réalité : asseoir leur domination sur ceux qui les subissent. Le déplacement théorique qu’opère Jarrige lui permet de ne pas se compter parmi les « technophobes réactionnaires », catégorie mal fondée et disqualifiée d’emblée par les promoteurs des techniques. Revenant dans la postface sur ce point, visiblement pour éclaircir sa position, l’auteur l’explique très bien.

« Evacuons d’emblée un malentendu et une accusation : notre projet ne visait pas à construire une critique idéaliste de la technologie pensée de façon générale et abstraite comme ce qui nous aliénerait nécessairement. Tout notre propos était précisément de désidéaliser l’analyse des techniques en les réinscrivant dans l’épaisseur de l’histoire, dans le dynamisme du capitalisme, des rapports sociaux et des imaginaires qui ont construit notre fascination et nos aveuglements actuels. » (p.354-55)

En somme, il s’agit d’écrire « une histoire politique des techniques » (p. 347). Ce n’est pas en philosophe de la Technique mais en historien des techniques que Jarrige mène son projet en concentrant son attention sur la période qui va du XVIIe siècle à l’époque contemporaine. Cette période correspond à la mécanisation croissante du travail, d’une part, et à la montée en puissance du capitalisme et du libéralisme comme formes d’économie et de société et comme ensemble de valeurs, d’autre part. D’un côté, donc, les entrepreneurs et les Etats modernes n’ont eu de cesse (et continuent) de promouvoir l’usage et le développement des machines, afin d’augmenter la production et de favoriser la croissance, tout en construisant l’idéologie du progrès qui associe progrès des sciences, des techniques et de la civilisation. Le capitalisme et le libéralisme tâchent de naturaliser cette idéologie et cette évolution du travail à travers une téléologie du développement technique (l’histoire des techniques est celle d’une amélioration constante) et un fatalisme politique (« there is no alternative »). D’un autre côté, les résistances à ce développement opèrent sur deux plans : résistances physiques, situées, de la part de ceux qui souffrent de cette mécanisation du travail ou qui voient dans l’usage de nouvelles technologies un danger concret (des luddites anglais briseurs de machines à tisser au début du XIXe siècle aux faucheurs de champs de blé transgénique il y a quelques années) ; et résistances théoriques, de la part de tous ceux qui s’inquiètent de ces changements, en essayant d’y dégager un problème général. C’est le point de vue des « résistants » aux techniques promues par les capitalistes et les libéraux, point de vue toujours minoritaire, que Jarrige développe dans son livre.

Et il est passionnant de le suivre dans cette histoire longue de deux siècles et demi et de 400 pages à travers des exemples précis, une analyse fine des événements qui ont conduit à telle destruction de machines, à telle grève d’ouvriers, à telle prise de position contre le chemin de fer ou le nucléaire. Le grand mérite de l’auteur tient dans sa capacité à lier histoire des techniques, histoire des idées, histoire sociale et histoire des représentations. Il montre en détail, par exemple, comment la littérature de science-fiction a développé des positions technocritiques reflétant des inquiétudes sociales et démocratiques contemporaines (p. 172-75), ou bien comment l’informatique a pu faire l’objet d’un culte quasi-religieux à partir des années 1980 car son développement était perçu comme la solution à la crise du monde industriel – et quelles oppositions cette «informatisation de la société » a suscitées (p. 300-4). Jarrige réussit à tracer une histoire d’une grande cohérence tout en montrant les différences de position, parfois difficilement compatibles, entre tous ces opposants aux techniques capitalistes ; par exemple, comment les syndicats de l’industrie, au tournant du XIXe et du XXe siècle, ont pu abandonner la lutte contre les machines au profit de l’encadrement plus strict des conditions de travail, au moment où le marxisme diffusait l’idée que les machines pouvaient aussi être les instruments d’émancipation des travailleurs (p. 118-19).

Un chapitre (le ch. 7) est consacré à l’usage des machines et des techniques dans le processus, à la fois concret et idéologique, de colonisation ; promues bien sûr comme des instruments civilisateurs, face aux techniques des « primitifs », les machines européennes se révèlent parfois inadaptées aux écosystèmes pour lesquels elles n’ont pas été prévues, et désorganisent souvent les formes de travail natives qui fonctionnaient. Mais au moment de la décolonisation, les nouveaux gouvernements, souvent d’obédience marxiste, verront au contraire dans les machines des instruments de leur autonomisation. Face à un Gandhi très critique à l’égard des machines occidentales, on trouve ainsi un Nehru beaucoup plus accommodant, qui associe la modernisation de l’Inde à son industrialisation (p. 192-95). De même, aujourd’hui, il explique très bien les positions différentes des opposants au néo-libéralisme et aux technologies numériques, à la soi-disante « économie immatérielle » : il y a ceux qui prônent la décroissance et le low tech, l’abandon pur et simple du numérique (p. 336-41), et ceux qui y voient un moyen de produire une démocratie directe, voire de favoriser la révolution (p. 304-6).

Les techniques capitalistes ne sont pas neutres

La position de l’auteur ne fait guère de doute : les techniques ne sont pas neutres. Il est illusoire de vouloir retourner les machines-outils, les hauts fourneaux, internet et les smartphones contre ceux qui les ont créés. « Fascinés par l’Internet, dans lequel ils voient une possibilité de réinvention démocratique et un formidable espace d’expérimentation sociale, de nombreux militants sincères repoussent les analyses technocritiques du côté du romantisme réactionnaire. Mais cette position passe sous silence comment les grandes techniques modernes et leurs infrastructures façonnent le politique, pèsent sur notre monde en aggravant les inégalités et les exploitations. » (p. 355-56). On peut faire la révolution grâce aux réseaux sociaux numériques, mais ceux-ci fonctionnent sur l’exploitation d’une main d’œuvre délocalisée et peu payée, sur des centrales nucléaires et des barrages géants qui menacent l’environnement et ont affecté négativement (et parfois détruit) la vie de plusieurs millions de personnes. En somme, Jarrige veut dissocier l’idée de progrès de l’idée de technologie : le progrès (social, économique, moral, environnemental), ne passe pas nécessairement par le développement de l’emprise des techniques sur nos écosystèmes : plus de technique ne signifie pas toujours plus de bien-être. Toutes les techniques ne sont pas bonnes pour qui entend favoriser la démocratie, protéger l’environnement et lutter contre les inégalités. Son livre demande au lecteur d’opérer des choix radicaux : ou le smartphone, ou la révolution ; ou la voiture individuelle, ou la justice sociale. Il n’est pas contre la Technique, mais contre une histoire des techniques écrite par les capitalistes et les libéraux, dont les objectifs ne sont rien d’autre que d’accroître leur richesse et leur domination. Face à ces méga-systèmes techniques détenus par des méga-entreprises et des Etats, Jarrige préconise une économie sobre et des techniques moins coûteuses.

«Nous aurons besoin de bricoleurs ingénieux, de touche-à-tout comprenant la matérialité des artefacts, d’artisans compétents et d’individus capables de réparer et fabriquer des objets, mais nous n’avons plus besoin des innombrables promesses technologiques hors-sol qui capturent l’avenir et corrompent l’utopie. » (p. 354)

De bonnes et de mauvaises raisons de s’opposer aux techniques

Cette radicalité entraîne l’auteur parfois vers des simplifications qui amoindrissent quelque peu la justesse de ses propos. Ainsi tout auteur faisant l’éloge des techniques ou même voulant en faire un objet d’étude en est réduit à devenir un partisan, parfois malgré lui, de l’esprit du capitalisme. Quand il traite par exemple du développement de l’anthropologie des techniques, à la suite de Marcel Mauss, il explique que ce courant, qui au départ vise à réhabiliter les sociétés dites « primitives » « à travers la valorisation de leur technologie », considérant que « toute technique devient un condensé de richesse et complexité », ce courant donc « conduit à repousser les critiques des techniques et à en faire des discours abstraits, simplistes et irréels. » (p. 220-21). Quand il résume la position de Gilbert Simondon, philosophie extrêmement complexe s’il en est, il la réduit à une citation où le philosophe cherche à dépasser l’opposition de l’homme et de la machine, « fausse et sans fondement » (p. 239) ; c’est oublier les critiques sévères que Simondon adressait à un développement technique, notamment dans l’industrie, où l’homme n’a plus le contrôle de la machine qu’il utilise mais en constitue un simple rouage. A Bruno Latour, qu’il décrit comme un postmoderne qui pense la réalité comme foncièrement hybride, et qui prétend vouloir faire « aimer les techniques », parce qu’elles nous mettent en relation avec les non-humains, les objets, il reproche de produire une vision dépolitisée des techniques « au nom de la réconciliation de l’univers des machines avec l’“humanisme” » (p.334-35). Mais Jarrige cite des textes anciens de Latour comme Aramis. L’amour des techniques et omet de parler du « tournant écologique » et politique latourien entrepris à la fin des années 1990 avec Politique de la nature et qui s’approfondit avec son récent Gaia. L’auteur est aussi simplificateur quand il range dans le même panier tous les opposants à la technique. Son but est surtout de montrer que la technocritique n’est pas un point de vue réactionnaire et passéiste, contrairement à ce que prétendraient les technophiles à la solde du capital. Mais il faut bien parler de Heidegger et de ses écrits technophobes. Il l’associe au « pessimisme technologique » typique des penseurs conservateurs et explique ainsi l’adhésion du philosophe au nazisme en pensant que celui-ci freinerait le développement technologique (p.226) : un bien étrange allié dans le combat démocratique contre les techniques. Etrange allié, également, qu’Alain Finkelkraut, bien connu pour ses positions réactionnaires à propos des immigrés, des femmes ou de la culture contemporaine, décrit ici comme un pourfenseur des technologiques numériques appliquées à la culture au nom d’un « élitisme culturel » (p. 308). Ce faisant, il le range du côté des Jacques Ellul, des André Gorz ou autres Cornelius Castoriadis, pourtant peu susceptibles d’être taxés de réactionnaires, mais aussi très critiques à l’égard des nouvelles technologies.

Si beaucoup de technocritiques sont formulées « pour de très bonnes raisons », comme dit Jarrige (p. 343), d’autres le sont aussi pour de très mauvaises, c’est indéniable. En minimisant celles-ci, l’auteur tombe dans le même travers simplificateur que ceux qui opposent technophobes et technophiles. En somme, il oppose les capitalistes et les libéraux (qui ont encouragé le développement technologique productiviste, consumériste et anti-écologique) et les anti-capitalistes.

Pourtant son livre est excellent en ce qu’il donne les moyens et les sources pour dépasser ces clivages binaires. Ne vous trompez pas. Technocritiques n’est pas un pamphlet façon A nos amis, même s’il en partage certaines analyses sur les techniques de contrôle du néo-libéralisme ou sur l’hypocrisie de l’économie verte et l’erreur du développement durable. Ce n’est pas non plus un essai, comme l’est Eloge du carburateur de Matthew Crawford, même s’il pense comme lui que plus les objets que nous consommons nous sont inaccessibles techniquement, plus ils nous dominent et ceux qui les fabriquent par la même occasion, et plus nous devons renouer contact avec le réel à travers une réappropriation technique des objets. C’est un livre d’histoire engagée, très documenté, qui fait entendre les voix technocritiques qui dérangent ceux qui détiennent le capital et les moyens de production et d’innovation. On attend avec impatience un livre équivalent qui épouserait le point de vue de technophiles anticapitalistes.

Nouvelles de la Kula (le vernissage)

Une exposition avec :

Pauline Curnier-Jardin, João Maria Gusmão et Pedro Paiva,

Louise Hervé et Chloé Maillet, Thierry Liégeois, Len Lye, Pia Maria

Martin, Mika Rottenberg et Jon Kessler, Thomas Teurlai, Rémi Voche

Sur une proposition de Thomas Golsenne

vernissage vendredi 21 février à 18h30 avec une performance de Rémi Voche

Exposition jusqu’au 26 avril

Nouvelles de la Kula est un voyage à travers les formes artistiques contemporaines de l’animisme. Attribuer une intériorité humaine aux animaux, aux végétaux, aux pierres et aux lacs, et s’en distinguer par les apparences, par la parure, c’est la formule ethnologique de l’animisme, telle qu’on l’observe en Amazonie ou en Océanie, mais aussi dans l’Europe pré-moderne. Avec la modernité, l’animisme n’a pas disparu, mais il a changé de forme et de fonction : il manifeste une résistance face à la modernité et il prend la forme mécanique de l’image animée ou de la machine célibataire – quand ce n’est pas, à travers la performance, une citation presque directe des rituels animistes. Cette résistance n’a jamais été plus forte qu’aujourd’hui, car bon nombre d’artistes contemporains interrogent les origines du cinéma, les esprits invisibles ou les rites chamaniques – signe sans doute que la modernité elle-même est en crise et que se fait sentir le besoin de réenchanter le monde.  Nouvelles de la Kula offre une sélection de films, de vidéos, d’installations et de performances produits par des artistes trentenaires dont les travaux traduisent l’acuité de leur regard sur cette situation et la pertinence de leurs réponses.

Centre d’Arts Plastiques  Espace Léon Blum – Rue de la Rochette – BP 100 – 69195 Saint-Fons cedex – tél +33(0)472 09 20 27

centre.arts.plastiques@saint-fons.fr

www.adele-lyon.com

www.saint-fons.fr

ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h

Essais de bricologie : un appel à contributions

TECHNIQUES & CULTURE

Appel à contributions pour le théma :

Essais de Bricologie

La revue Techniques & culture lance un premier appel à contributions pour un numéro intitulé « Essais de bricologie. Ethnologie de l’art et du design contemporain » porté par deux coordonnateurs, un historien de l’art, Thomas Golsenne (Villa Arson, Nice) et une historienne du design, Patricia Ribault (ESAD, Reims). Ce numéro thématique vise à explorer les relations entre l’anthropologie et la création contemporaine. Il s’attachera en particulier aux savoir-faire des uns et des autres sous la forme d’un quasi-manifeste de « bricologie ».

Ce numéro est largement ouvert aux disciplines des sciences sociales et donnera lieu à une rencontre scientifique préparatoire avant l’édition à proprement parler. Sont également prévues, une exposition à la Villa Arson et des rencontres scientifiques et publiques avec des artistes et scientifiques à la Villa Noailles, la Villa Arson et l’Ehess de Marseille. Continuer la lecture de Essais de bricologie : un appel à contributions

Ma vie avec Liberace (critique dans le genre cinéphile)

Ma vie avec Liberace (Behind the Candelabra) de Steven Soderbergh est un film sur le cinéma (je vous avais prévenu que c’était dans le genre cinéphile1). L’idée m’est venue au moment clé du film, quand Liberace (Michael Douglas) et son toy boy Scott (Matt Damon) regardent, à la télé, une interview enregistrée du premier. Se voyant à l’écran, Liberace, dont le visage s’effondre, s’exclame : « C’est affreux : on dirait mon père ! » S’en suit la décision de se soumettre à une radicale opération de chirurgie esthétique faciale, pour lui et pour son protégé, et la dégradation ultérieure de leurs relations.

Continuer la lecture de Ma vie avec Liberace (critique dans le genre cinéphile)

  1. D’accord, un mauvais cinéphile qui aurait lu trop rapidement Serge Daney. Je rajoute que je dois quelques idées de ce billet à une discussion sur un tout autre sujet avec Patrice Blouin, qui lui est un vrai cinéphile sérieux. []

Le tatouage, une pratique à faire rentrer dans les études visuelles

Le corps aussi est un grand acteur utopique, quand il s’agit des masques, du maquillage et du tatouage. Se masquer, se maquiller, se tatouer, ce n’est pas exactement, comme on pourrait se l’imaginer, acquérir un autre corps, simplement un peu plus beau, mieux décoré, plus facilement reconnaissable; se tatouer, se maquiller, se masquer, c’est sans doute tout autre chose, c’est faire entrer le corps en communication avec des pouvoirs secrets et des forces invisibles. Le masque, le signe tatoué, le fard déposent sur le corps tout un langage : tout un langage énigmatique, tout un langage chiffré, secret, sacré, qui appelle sur ce même corps la violence du dieu, la puissance sourde du sacré ou la vivacité du désir. Le masque, le tatouage, le fard placent le corps dans un autre espace, ils le font entrer dans un lieu qui n’a pas de lieu directement dans le monde, ils font de ce corps un fragment d’espace imaginaire qui va communiquer avec l’univers des divinités ou avec l’univers d’autrui. On sera saisi par les dieux ou on sera saisi par la personne qu’on vient de séduire. En tout cas, le masque, le tatouage, le fard sont des opérations par lesquelles le corps est arraché à son espace propre et projeté dans un autre espace. Continuer la lecture de Le tatouage, une pratique à faire rentrer dans les études visuelles

Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Dans son dernier livre, Enquête sur les modes d’existence, Bruno Latour formule ce qu’on peut appeler une sorte de théorie de l’art, bien qu’il ne la désigne pas ainsi – et à juste titre. Mais avant d’y venir il faut la mettre dans son contexte. L’enjeu premier de cet ouvrage est de dessiner une « anthropologie des modernes », en mettant en scène une ethnologue qui étudierait tour à tour les pratiques des scientifiques dans leurs laboratoires, les inventions des techniciens et les recherches des artistes dans leurs ateliers, les formulations des juristes dans leurs cabinets ou les rituels des religieux dans leurs églises. L’ethnologue latourienne montre ainsi que décidemment, les modernes ne font pas ce qu’ils disent, démentent en pratique ce qu’ils affirment en théorie. Mais son enjeu second consiste à fournir des outils théoriques, à élaborer une méthode, à établir des repères pour dépasser la simple critique du discours des modernes et analyser leurs pratiques sans utiliser leurs concepts et leurs méthodes. Continuer la lecture de Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Dans son dernier livre, Enquête sur les modes d’existence, Bruno Latour formule ce qu’on peut appeler une sorte de théorie de l’art, bien qu’il ne la désigne pas ainsi – et à juste titre. Mais avant d’y venir il faut la mettre dans son contexte. L’enjeu premier de cet ouvrage est de dessiner une « anthropologie des modernes », en mettant en scène une ethnologue qui étudierait tour à tour les pratiques des scientifiques dans leurs laboratoires, les inventions des techniciens et les recherches des artistes dans leurs ateliers, les formulations des juristes dans leurs cabinets ou les rituels des religieux dans leurs églises. L’ethnologue latourienne montre ainsi que décidemment, les modernes ne font pas ce qu’ils disent, démentent en pratique ce qu’ils affirment en théorie. Mais son enjeu second consiste à fournir des outils théoriques, à élaborer une méthode, à établir des repères pour dépasser la simple critique du discours des modernes et analyser leurs pratiques sans utiliser leurs concepts et leurs méthodes. Continuer la lecture de Rencontre du troisième type à Ermenonville : sur un livre de Bruno Latour et une performance de Louise Hervé et Chloé Maillet

Les modes de temporalité dans la peinture d'histoire de la Renaissance au romantisme

Préambule

Ce texte est une correction du sujet d’agrégation externe d’arts plastiques pour l’épreuve d’histoire de l’art. Il ne se présente cependant pas comme une dissertation et ne prétend pas non plus à un statut officiel. Par ailleurs, il reprend beaucoup d’idées et d’exemples tirés d’ouvrages ou d’auteurs de référence, sans prétendre à beaucoup de nouveauté. Il peut cependant être utile aux candidats admissibles ou pas, et à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet. Continuer la lecture de Les modes de temporalité dans la peinture d'histoire de la Renaissance au romantisme

Les modes de temporalité dans la peinture d'histoire de la Renaissance au romantisme

Préambule

Ce texte est une correction du sujet d’agrégation externe d’arts plastiques pour l’épreuve d’histoire de l’art. Il ne se présente cependant pas comme une dissertation et ne prétend pas non plus à un statut officiel. Par ailleurs, il reprend beaucoup d’idées et d’exemples tirés d’ouvrages ou d’auteurs de référence, sans prétendre à beaucoup de nouveauté. Il peut cependant être utile aux candidats admissibles ou pas, et à tous ceux qui s’intéressent à ce sujet. Continuer la lecture de Les modes de temporalité dans la peinture d'histoire de la Renaissance au romantisme

Du mode technique d'existence des objets artistiques

Ceci est le texte remanié d’une conférence donnée au Musée du quai Branly le 28 mars 2013 dans le séminaire « Culture matérielle » organisé par Ludovic Coupaye et Jean-Paul Demoule. Que l’assistance soit remerciée pour son écoute attentive et ses commentaires fructueux.

Je voudrais présenter ici un projet de recherche qui commence à se mettre en place à la Villa Arson, l’école d’art où j’enseigne, intitulé pour l’instant Essais de bricologie. Il comprend deux volets principaux : une exposition et un numéro de Techniques & Culture qui sera consacré aux techniques dans l’art contemporain et le design. J’aimerais expliquer pourquoi cette envie de travailler sur les objets artistiques du point de vue des techniques, et surtout pourquoi ce recours à l’anthropologie des techniques. Je précise que je n’aborderai pas ici les questions posées par le design, parce que ce n’est pas mon domaine de compétence. Je me concentrerai sur les arts plastiques contemporains et leur rapport aux techniques, ce qui est déjà un assez gros problème. Continuer la lecture de Du mode technique d'existence des objets artistiques

François Hollande et le bricolage

Une fois n’est pas coutume, je me permets ici une note d’humeur politique en un moment où on a l’impression que la gauche socialiste va s’effondrer, laissant fluer dans la digue ouverte des élections prochaines les le pen, les copé et les sarkozy qui profitent des malheurs actuels de François Hollande.

Un mot revient en boucle en ce moment pour dire à quel point le président de la République est incapable de donner des réponses fortes et des solutions efficaces à la France en crise: le bricolage. « Est-ce que l’on se rend compte des défis à surmonter, de la gravité de la situation de la France ? » se demande Marine Le Pen, à la suite de l’intervention télévisée de Hollande le 28 avril. « On ne peut pas apporter de petites réponses sorties d’une petite boîte à outils de bricolage. C’était du bricolage ». Là dessus, tous les critiques de droite (politiciens et journalistes) sont partis sur le sobriquet « Monsieur bricolage », à grands coups de tweets moqueurs et d’éditoriaux sévères. Encore aujourd’hui, Noël Mamère, un peu à la traine, relance le leitmotiv « c’est du bricolage politique », cette fois à propos de la réaction de Hollande à la suite des aveux de Cahuzac.

Ce qui m’énerve ici, ce n’est pas qu’on juge injustement le travail remarquable de Hollande (je ne le pense pas) ; ni qu’on répète comme des moutons un bon mot (c’est le propre des bons mots). Ce qui m’énerve, c’est qu’on dégrade la notion de bricolage en l’associant à l’action actuelle du président de la République. Continuer la lecture de François Hollande et le bricolage

Les sciences des formes

les sciences des formes

journées d’études les 8, 9 et 10 avril 2013 à la Villa Arson, à Nice

Sur une proposition de

Caroline Challan Belval et Thomas Golsenne

Avec Augustin Berque, Luciano Boi, Maria Giulia Dondero, Claude Imbert, Eric Mangion, Yoann Moreau et Olga Pombo. Continuer la lecture de Les sciences des formes

Du mode technique d'existence des objets artistiques

JEUDI 28 OCTOBRE – 18h30

Dans le cadre du séminaire Culture Matérielle, dirigé par Ludovic Coupaye et Jean-Paul Demoule, au Musée du quai Branly

j’aurai l’honneur de présenter les hypothèses inaugurales d’un projet de recherche

intitulé

Essais de bricologie

concernant les rapports entre les arts plastiques et l’anthropologie des techniques

« La culture s’est constituée en système de défense contre les techniques », écrit Gilbert Simondon en 1958

Remplacez « culture » par « art », ça marche aussi

Je voudrais essayer de montrer pourquoi

et comment sortir de cette situation conflictuelle

***

Musée du Quai Branly

37 quai Branly 75007 Paris

ateliers 2 et 3, sous-sol

18h30 – 20h30

entrée libre

Carnet de recherches de Thomas Golsenne