Génération et Création

Je travaille actuellement à un article pour un numéro thématique sur « La parenté en images » d’images re-vues et j’ai ouvert un dossier sur la métaphore de la filiation biologique en matière de création artistique : l’artiste accouche de son œuvre, l’artiste est le père de ses œuvres etc. Un exemple : dans La cousine Bette de Balzac (1847), je trouve ce passage :

Penser, rêver, concevoir de belles œuvres est une occupation délicieuse. […]. Celui qui peut dessiner son plan par la parole passe déjà pour un homme extraordinaire. Cette faculté, tous les artistes et les écrivains la possèdent. Mais produire! Mais accoucher ! Mais élever laborieusement l’enfant, le coucher gorgé de lait tous les soirs, l’embrasser tous les matins avec le cœur inépuisé de la mère, le lécher sale, le vêtir cent fois des plus belles jaquettes qu’il déchire incessamment.

Cependant, contrairement à ce à quoi je m’attendais, il est plus difficile que prévu de trouver des sources anciennes utilisant cette métaphore.

Je lance ici un appel à ceux qui seraient capables de trouver des sources de ce genre.

En voilà déjà une, le Trattato di architettura d’Antonio Averlino, dit Il Filarete, écrit vers 1460. C’est une traduction personnelle du début du livre II intitulé : « Comment est généré l’édifice à la façon de la génération de l’être humain ». Le livre précédent est notamment consacré aux correspondances observées, depuis Vitruve, entre les proportions des bâtiments et des ordres architecturaux et les proportions du corps humain. Filarete qui s’adresse à un ami continue :

Tu pourrais peut-être me dire : tu m’as dit que l’édifice ressemble à l’homme ; s’il en est donc ainsi, il faut engendrer puis accoucher [l’édifice] comme l’homme.
– Exactement. L’édifice est d’abord engendré, comme tu pourras le comprendre par comparaison, puis il nait comme la mère enfante de son enfant au bout de neuf mois, ou quelquefois de sept mois, et le fait grandir avec une bonne règle [de vie] et du soin.
– Dis-moi, comment se fait cet engendrement ?
– L’engendrement des édifices s’effectue de cette façon : comme personne ne peut, seul, engendrer sans une autre femme, ainsi par comparaison l’édifice ne peut pas être créé par un seule personne ; et comme sans la femme on ne peut rien faire, ainsi, qui veut construire [un bâtiment] a besoin de l’engendrer avec un architecte, puis l’architecte doit l’accoucher et enfin, comme il l’a accouché, l’architecte devient la mère de cet édifice.
Mais avant de l’accoucher, de même que la femme porte [l’enfant] neuf ou sept mois, comme je te l’ai dit plus haut, de même l’architecte doit imaginer, penser et se repasser dans la mémoire de plusieurs façons pendant neuf ou sept mois [son projet], et faire plusieurs dessins dans son esprit de la conception qu’il a fait avec le commanditaire, selon la volonté de celui-ci. Et de même que la femme sans l’homme ne peut rien faire, de même l’architecte est la mère qui porte cette conception, et selon sa volonté, quand il l’a bien ruminé, considéré et pensé de diverses manières, il doit ensuite choisir celui qui lui semble le plus commode et le plus beau pour la mise à terme du [projet] engendré. Ainsi fait, il l’accouche, c’est-à-dire qu’il en fait un petit dessin de bois en relief, mesuré et proportionné comme il devra être ensuite, et le montre au commanditaire. Et puisque je t’ai comparé l’architecte à la mère, ainsi faut-il qu’il lui serve de nourrice, et qu’il soit donc sa mère et sa nourrice. Et comme la mère aime son enfant, ainsi lui il doit l’élever, le faire grandir et le nourrir, avec cet amour et cet empressement, et si c’est possible, il ne doit le laisser que quand il est mis en place, de façon à ce qu’il ne périsse pas du fait d’une négligence de sa part. Ainsi que la bonne mère aime son enfant, et s’ingénie, grâce à l’aide et au savoir du père, à lui donner du bien, de la beauté et de bons maîtres, pour qu’il soit plein de valeur et en soit loué, ainsi le bon architecte s’ingénie à faire son édifice beau et bon ; et comme la mère s’ingénie à trouver de bons maîtres à son enfant, ainsi l’architecte doit trouver de bons maîtres, comme ceux qui travaillent les maçonneries et tous ceux qui participent, si toutefois le commanditaire ne l’en empêche pas, car sans la volonté de ce dernier il serait comme la femme qui ne peut rien faire contre la volonté de son mari. Ainsi l’architecte lui ressemble-t-il vraiment1.

Quelques remarques. Contrairement à l’image romantique, de l’artiste seul face à son œuvre, Filarete conçoit la réalisation d’un édifice comme une union, une conception à deux, une collaboration entre le commanditaire et l’architecte. L’un commande, l’autre s’occupe de la gestation. Si cette conception sexiste des relations entre le mari et la femme ne surprennent pas ceux qui connaissent la société médiévale, on est quand même un peu surpris de voir cette relation appliquée à l’architecte et à son commanditaire, si l’on s’attend à ce qu’un auteur de la Renaissance affirme l’autonomie et l’indépendance de l’artiste. Deuxième surprise : l’architecte n’occupe pas la position virile du concepteur, mais celle de la femme qui obéit. Notons que chez Balzac, l’artiste est également comparé à la mère. On s’attendrait plutôt à ce que l’artiste soit comparé à l’homme qui, comme dans les théories aristotélicennes de la génération, informe la matière (la matrice féminine, les matériaux de construction).

Est-ce à dire que Filarete exprimerait ici une position médiévale ? Trouve-t-on vraiment des textes de la « Renaissance » ou de périodes plus récentes qui comparent l’artiste au géniteur ?

  1. Tu forse potresti dire: tu m’hai detto che lo edificio si rasomiglia a l’uomo; adunque se così è, è bisogno generare e poi partorire come l’uomo.
    Proprio così: l’edificio prima si genera, per similitudine lo potrai intendere, e così nasce sì come la madre partorisce il figliuolo in capo di nove mesi, o alcuna volta di sette mesi, e con buono ordine e sollecitudine farlo crescere ».
    « Dimmi, questo generamento in che modo egli è ? »
    « Il generare dello edificio si è in questa forma: che sì come niuno per sé solo non può generare sanza la donna un altro, così eziandio a similitudine lo edificio per uno solo non può essere creato, e come sanza la donna non si può fare, così colui che vuole edificare bisogna che abbia l’architetto e insieme collui ingenerarlo, e poi l’architetto partorirlo e poi, partorito che l’ha, l’architetto viene a essere la madre d’esso edificio.
    Ma innanzi che lo partorisca, come proprio la donna che nove o sette mesi in corpo lo porta, come di sopra t’ho detto, così l’architetto debba nove o sette mesi fantasticare e pensare e rivoltarselo per la memoria in più modi, e fare varii disegni nella sua mente sopra al generamento che lui ha fatto col padrone, secondo la voluntà sua. E così come la donna ancora sanza l’uomo niente fa, così l’architetto è madre a portare questo ingeneramento, e secondo la sua voluntà, quando l’ha bene ruminato e considerato e in molti modi pensato, debbe poi eleggere quello gli pare che sia più comodo e più bello secondo la terminazione del generante ; e fatto questo, partorirlo, cioè farne uno disegno piccolo rilevato di legname, misurato e proporzionato come che ha a essere fatto poi, e mostrarlo al padre. E perché t’ho asomigliato l’architetto alla madre, così è bisogno che sia balia, e così bisogna che sia madre e balia. E sì come la madre è amorevole del figliuolo, così lui con quello amore e diligenza alevarlo e acrescerlo e fornirlo, se è possibile, se non lasciarlo ordinato, [f.8r.] per modo che non perisca per suo mancamento.
    Sì come la buona madre vuole bene al suo figliuolo, e mediante l’aiuto e sapere del padre s’ingegna che sia da bene e che sia bello e dàlli buono maestro, perché venga valente e che sia laudato, così il buono architetto si debba ingegnare di fare il suo edificio bello e buono ; e come la madre s’ingegna di trovare buoni maestri al figliuolo, così l’architetto debba trovare buoni maestri, come son quelli da muro e tutti gli altri che hanno a lavorare, se già il padrone non gl’impedisce, sanza la volontà del quale lui sarebbe come la donna che contra la voluntà del marito non può fare alcuna cosa ; così è proprio a similitudine l’architetto. []

2 réflexions au sujet de « Génération et Création »

  1. if you have a customer, a sponsor, even a muse – then you, feminine, bear the object that, a free man, just willing to create, you’d have thrown out of your head or your thigh. Ambivalent artists, we are both.
    Si tu a un client, un mécène, ou même qu’une muse t’use – alors, féminin, tu portes l’objet qu’en tant qu’homme libre et désireux de créer, tu aurais éjaculé par la tête ou la cuisse. Artistes ambivalents que nous sommes.

  2. Je ne sais pas si cela conviendra mais il y a un exemple dans le registre de l’échec…

    Dans « L’oeuvre » de Zola, quand Claude regarde son tableau « l’enfant mort », qui représente son fils Jacques mort, tableau auquel personne ne s’intéresse, il prend conscience de son échec. Son échec artistique et son enfant mort se superposent dans la description, et le narrateur parle du tableau comme s’il s’agissait de l’enfant réel qui prend alors la valeur de l’oeuvre de Claude… (Folio p. 333-334) . Cet enfant mort, qui est l’image de son propre enfant et aussi sa dernière oeuvre prend une dimension métaphorique…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *