François Hollande et le bricolage

Une fois n’est pas coutume, je me permets ici une note d’humeur politique en un moment où on a l’impression que la gauche socialiste va s’effondrer, laissant fluer dans la digue ouverte des élections prochaines les le pen, les copé et les sarkozy qui profitent des malheurs actuels de François Hollande.

Un mot revient en boucle en ce moment pour dire à quel point le président de la République est incapable de donner des réponses fortes et des solutions efficaces à la France en crise: le bricolage. « Est-ce que l’on se rend compte des défis à surmonter, de la gravité de la situation de la France ? » se demande Marine Le Pen, à la suite de l’intervention télévisée de Hollande le 28 avril. « On ne peut pas apporter de petites réponses sorties d’une petite boîte à outils de bricolage. C’était du bricolage ». Là dessus, tous les critiques de droite (politiciens et journalistes) sont partis sur le sobriquet « Monsieur bricolage », à grands coups de tweets moqueurs et d’éditoriaux sévères. Encore aujourd’hui, Noël Mamère, un peu à la traine, relance le leitmotiv « c’est du bricolage politique », cette fois à propos de la réaction de Hollande à la suite des aveux de Cahuzac.

Ce qui m’énerve ici, ce n’est pas qu’on juge injustement le travail remarquable de Hollande (je ne le pense pas) ; ni qu’on répète comme des moutons un bon mot (c’est le propre des bons mots). Ce qui m’énerve, c’est qu’on dégrade la notion de bricolage en l’associant à l’action actuelle du président de la République.

Le bricolage est considéré, dans toutes ces remarques critiques, comme synonyme d’un mode de travail imparfait, appliqué à réparer des produits endommagés, par des individus amateurs. Autrement dit le contraire de ce que ces censeurs estiment devoir être l’action du chef de l’Etat, professionnelle, avec des moyens industriels, non pas seulement pour réparer mais pour produire plus.

Or à d’autres occasions, ces deux formes d’action ont pour nom « pragmatisme » – valeur souvent défendue par des gens de droite et « idéologie » – valeur souvent condamnée par les mêmes, comme s’il n’y avait de pragmatisme que de droite et d’idéologie que de gauche. Rien de plus faux bien sûr. On le sait depuis longtemps en effet, l’idéologie du libéralisme et de son avatar néo, c’est le naturalisme : la loi naturelle du marché. Or le naturalisme est une idéologie qui se cache puisqu’elle ne paraît pas être le fruit d’une décision, d’un découpage artificiel dans le réel, mais une évidence physique qui ne se discute même pas. « Pragmatisme » signifie donc simplement, dans ce cas : application pratique de la loi naturelle du marché, et « idéologie » : tentative d’enfreindre artificieusement cette même loi naturelle.

J’avancerai ici l’idée que le « bricolage » est le pragmatisme de gauche, et que c’est une notion noble intellectuellement. Je soupçonne en effet Marine Le Pen, Noël Mamère et tous les autres contempteurs du bricolage d’avoir oublié que Claude Lévi-Strauss en fit un des plus beaux concepts de son anthropologie, dans La pensée sauvage de 1962 (Paris, éd. Pocket, 1990, p. 30-31:

« Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils conçus procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les “moyens du bord”, c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures. L’ensemble des moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs, comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets, au moins en théorie) ; il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour employer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertu du principe que “ça peut toujours servir”. »

Conséquence: le bricoleur sait s’adapter aux circonstances, il sait répondre à toutes les situations. Mieux: il est inventif au moment où il y répond, au cas par cas. Lévi-Strauss voyait dans le bricoleur une métaphore technologique du mode de pensée des peuples non occidentaux qu’il étudie dans ce livre et un des aspects de la « science du concret » dont il cherche à décrire le fonctionnement.

Une des applications de la « science du concret » devrait être la politique. Le bricolage politique ne serait alors pas autre chose que l’art de gérer les affaires publiques avec inventivité, « avec les moyens du bord », c’est-à-dire avec toutes les contraintes qui brident l’action des hommes politiques. Tant qu’on imaginera ceux-ci comme des ingénieurs censés concevoir dans l’abstrait leurs outils de production et leurs résultats, on sera toujours déçu par les réalisations effectives, on les traitera toujours de « bricoleurs » avec du mépris dans la bouche. Mais dès qu’on conçoit positivement le bricolage comme une « science du concret », qui n’oppose pas improvisation et rationalisation, inventivité et efficacité, alors on ne peut plus condamner l’action (ou l’inaction) d’un homme politique au pouvoir comme étant du « bricolage » ; on ne pourra la condamner que comme une réponse non inventive et non efficace à une situation problématique.

Il ne faut pas que François Hollande soit moins bricoleur : il faut qu’il le soit plus.


2 réflexions au sujet de « François Hollande et le bricolage »

  1. Tentative amusante de justifier Hollande par Levi-Strauss, on peut néanmoins douter de la portée politique de la suggestion…

    Quelque soit le respect qu’on a pour CLS, quand on rentre dans le détail des dossiers, on se dit qu’il faudrait tout de même que Hollande s’appuie sur des options un peu plus sérieuses que de « faire avec les moyens du bord »: voir p. ex. http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/03/universit%C3%A9s-faillite-annonc%C3%A9e-par-les-pr%C3%A9sidents.html

  2. Tentative amusante de justifier Hollande par Levi-Strauss, on peut néanmoins douter de la portée politique de la suggestion…

    Quelque soit le respect qu’on a pour CLS, quand on rentre dans le détail des dossiers, on se dit qu’il faudrait tout de même que Hollande s’appuie sur des options un peu plus sérieuses que de « faire avec les moyens du bord »: voir p. ex. http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2013/03/universit%C3%A9s-faillite-annonc%C3%A9e-par-les-pr%C3%A9sidents.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *