Technocritiques de François Jarrige

A propos de : François Jarrige, Technocratiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences, Paris, La Découverte/Poche, 2014, réédition avec une postface, 2016, 434 pages.

Qui s’intéresse aux techniques aujourd’hui se voit rapidement sommé de prendre position, tant ce débat est clivé et ressemble, par bien des égards, à l’opposition qui avait mené l’empire byzantin à la guerre civile entre iconophiles et iconophobes. On n’en est pas encore à la guerre civile entre technophiles et technophobes. Mais le débat n’agite pas que le monde distingué des salons intellectuels ; il a des implications économiques, sociales et politiques. Il nous concerne tous, qui usons et consommons des produits techniques sans lesquels notre façon de vivre serait complètement différente.

arton3286-c7e78

Une histoire politique des techniques

François Jarrige, dans son livre Technocritiques. Du refus des machines à la contestation des technosciences,  entend dépasser ce clivage entre technophobes et technophiles ; car il est, selon l’auteur, dominé par le point de vue des seconds. Les technophiles seraient « ouverts au progrès » et les technophobes « archaïques et réactionnaires ».

« La ligne de fracture, ajoute-t-il, ne passe pas entre les partisans et les opposants à la technique, mais entre ceux qui prétendent que les techniques sont des outils neutres, que le progrès technique est un dogme non questionnable, et ceux qui y détectent des instruments de pouvoir et de domination, des lieux où se combinent sans cesse des rapports de force et qui, à cet égard, doivent être critiqués. » (p.12)

Dans cette reformulation des termes du débat, on perçoit assez vite un parti pris, en faveur de ceux qui articulent technique et pouvoir et remettent en cause l’idéologie du progrès. La soi-disante « neutralité » des techniques ne serait qu’un argument utilisé par ceux qui les promeuvent pour masquer ce à quoi elles leur servent en réalité : asseoir leur domination sur ceux qui les subissent. Le déplacement théorique qu’opère Jarrige lui permet de ne pas se compter parmi les « technophobes réactionnaires », catégorie mal fondée et disqualifiée d’emblée par les promoteurs des techniques. Revenant dans la postface sur ce point, visiblement pour éclaircir sa position, l’auteur l’explique très bien.

« Evacuons d’emblée un malentendu et une accusation : notre projet ne visait pas à construire une critique idéaliste de la technologie pensée de façon générale et abstraite comme ce qui nous aliénerait nécessairement. Tout notre propos était précisément de désidéaliser l’analyse des techniques en les réinscrivant dans l’épaisseur de l’histoire, dans le dynamisme du capitalisme, des rapports sociaux et des imaginaires qui ont construit notre fascination et nos aveuglements actuels. » (p.354-55)

En somme, il s’agit d’écrire « une histoire politique des techniques » (p. 347). Ce n’est pas en philosophe de la Technique mais en historien des techniques que Jarrige mène son projet en concentrant son attention sur la période qui va du XVIIe siècle à l’époque contemporaine. Cette période correspond à la mécanisation croissante du travail, d’une part, et à la montée en puissance du capitalisme et du libéralisme comme formes d’économie et de société et comme ensemble de valeurs, d’autre part. D’un côté, donc, les entrepreneurs et les Etats modernes n’ont eu de cesse (et continuent) de promouvoir l’usage et le développement des machines, afin d’augmenter la production et de favoriser la croissance, tout en construisant l’idéologie du progrès qui associe progrès des sciences, des techniques et de la civilisation. Le capitalisme et le libéralisme tâchent de naturaliser cette idéologie et cette évolution du travail à travers une téléologie du développement technique (l’histoire des techniques est celle d’une amélioration constante) et un fatalisme politique (« there is no alternative »). D’un autre côté, les résistances à ce développement opèrent sur deux plans : résistances physiques, situées, de la part de ceux qui souffrent de cette mécanisation du travail ou qui voient dans l’usage de nouvelles technologies un danger concret (des luddites anglais briseurs de machines à tisser au début du XIXe siècle aux faucheurs de champs de blé transgénique il y a quelques années) ; et résistances théoriques, de la part de tous ceux qui s’inquiètent de ces changements, en essayant d’y dégager un problème général. C’est le point de vue des « résistants » aux techniques promues par les capitalistes et les libéraux, point de vue toujours minoritaire, que Jarrige développe dans son livre.

Et il est passionnant de le suivre dans cette histoire longue de deux siècles et demi et de 400 pages à travers des exemples précis, une analyse fine des événements qui ont conduit à telle destruction de machines, à telle grève d’ouvriers, à telle prise de position contre le chemin de fer ou le nucléaire. Le grand mérite de l’auteur tient dans sa capacité à lier histoire des techniques, histoire des idées, histoire sociale et histoire des représentations. Il montre en détail, par exemple, comment la littérature de science-fiction a développé des positions technocritiques reflétant des inquiétudes sociales et démocratiques contemporaines (p. 172-75), ou bien comment l’informatique a pu faire l’objet d’un culte quasi-religieux à partir des années 1980 car son développement était perçu comme la solution à la crise du monde industriel – et quelles oppositions cette «informatisation de la société » a suscitées (p. 300-4). Jarrige réussit à tracer une histoire d’une grande cohérence tout en montrant les différences de position, parfois difficilement compatibles, entre tous ces opposants aux techniques capitalistes ; par exemple, comment les syndicats de l’industrie, au tournant du XIXe et du XXe siècle, ont pu abandonner la lutte contre les machines au profit de l’encadrement plus strict des conditions de travail, au moment où le marxisme diffusait l’idée que les machines pouvaient aussi être les instruments d’émancipation des travailleurs (p. 118-19).

Un chapitre (le ch. 7) est consacré à l’usage des machines et des techniques dans le processus, à la fois concret et idéologique, de colonisation ; promues bien sûr comme des instruments civilisateurs, face aux techniques des « primitifs », les machines européennes se révèlent parfois inadaptées aux écosystèmes pour lesquels elles n’ont pas été prévues, et désorganisent souvent les formes de travail natives qui fonctionnaient. Mais au moment de la décolonisation, les nouveaux gouvernements, souvent d’obédience marxiste, verront au contraire dans les machines des instruments de leur autonomisation. Face à un Gandhi très critique à l’égard des machines occidentales, on trouve ainsi un Nehru beaucoup plus accommodant, qui associe la modernisation de l’Inde à son industrialisation (p. 192-95). De même, aujourd’hui, il explique très bien les positions différentes des opposants au néo-libéralisme et aux technologies numériques, à la soi-disante « économie immatérielle » : il y a ceux qui prônent la décroissance et le low tech, l’abandon pur et simple du numérique (p. 336-41), et ceux qui y voient un moyen de produire une démocratie directe, voire de favoriser la révolution (p. 304-6).

Les techniques capitalistes ne sont pas neutres

La position de l’auteur ne fait guère de doute : les techniques ne sont pas neutres. Il est illusoire de vouloir retourner les machines-outils, les hauts fourneaux, internet et les smartphones contre ceux qui les ont créés. « Fascinés par l’Internet, dans lequel ils voient une possibilité de réinvention démocratique et un formidable espace d’expérimentation sociale, de nombreux militants sincères repoussent les analyses technocritiques du côté du romantisme réactionnaire. Mais cette position passe sous silence comment les grandes techniques modernes et leurs infrastructures façonnent le politique, pèsent sur notre monde en aggravant les inégalités et les exploitations. » (p. 355-56). On peut faire la révolution grâce aux réseaux sociaux numériques, mais ceux-ci fonctionnent sur l’exploitation d’une main d’œuvre délocalisée et peu payée, sur des centrales nucléaires et des barrages géants qui menacent l’environnement et ont affecté négativement (et parfois détruit) la vie de plusieurs millions de personnes. En somme, Jarrige veut dissocier l’idée de progrès de l’idée de technologie : le progrès (social, économique, moral, environnemental), ne passe pas nécessairement par le développement de l’emprise des techniques sur nos écosystèmes : plus de technique ne signifie pas toujours plus de bien-être. Toutes les techniques ne sont pas bonnes pour qui entend favoriser la démocratie, protéger l’environnement et lutter contre les inégalités. Son livre demande au lecteur d’opérer des choix radicaux : ou le smartphone, ou la révolution ; ou la voiture individuelle, ou la justice sociale. Il n’est pas contre la Technique, mais contre une histoire des techniques écrite par les capitalistes et les libéraux, dont les objectifs ne sont rien d’autre que d’accroître leur richesse et leur domination. Face à ces méga-systèmes techniques détenus par des méga-entreprises et des Etats, Jarrige préconise une économie sobre et des techniques moins coûteuses.

«Nous aurons besoin de bricoleurs ingénieux, de touche-à-tout comprenant la matérialité des artefacts, d’artisans compétents et d’individus capables de réparer et fabriquer des objets, mais nous n’avons plus besoin des innombrables promesses technologiques hors-sol qui capturent l’avenir et corrompent l’utopie. » (p. 354)

De bonnes et de mauvaises raisons de s’opposer aux techniques

Cette radicalité entraîne l’auteur parfois vers des simplifications qui amoindrissent quelque peu la justesse de ses propos. Ainsi tout auteur faisant l’éloge des techniques ou même voulant en faire un objet d’étude en est réduit à devenir un partisan, parfois malgré lui, de l’esprit du capitalisme. Quand il traite par exemple du développement de l’anthropologie des techniques, à la suite de Marcel Mauss, il explique que ce courant, qui au départ vise à réhabiliter les sociétés dites « primitives » « à travers la valorisation de leur technologie », considérant que « toute technique devient un condensé de richesse et complexité », ce courant donc « conduit à repousser les critiques des techniques et à en faire des discours abstraits, simplistes et irréels. » (p. 220-21). Quand il résume la position de Gilbert Simondon, philosophie extrêmement complexe s’il en est, il la réduit à une citation où le philosophe cherche à dépasser l’opposition de l’homme et de la machine, « fausse et sans fondement » (p. 239) ; c’est oublier les critiques sévères que Simondon adressait à un développement technique, notamment dans l’industrie, où l’homme n’a plus le contrôle de la machine qu’il utilise mais en constitue un simple rouage. A Bruno Latour, qu’il décrit comme un postmoderne qui pense la réalité comme foncièrement hybride, et qui prétend vouloir faire « aimer les techniques », parce qu’elles nous mettent en relation avec les non-humains, les objets, il reproche de produire une vision dépolitisée des techniques « au nom de la réconciliation de l’univers des machines avec l’“humanisme” » (p.334-35). Mais Jarrige cite des textes anciens de Latour comme Aramis. L’amour des techniques et omet de parler du « tournant écologique » et politique latourien entrepris à la fin des années 1990 avec Politique de la nature et qui s’approfondit avec son récent Gaia. L’auteur est aussi simplificateur quand il range dans le même panier tous les opposants à la technique. Son but est surtout de montrer que la technocritique n’est pas un point de vue réactionnaire et passéiste, contrairement à ce que prétendraient les technophiles à la solde du capital. Mais il faut bien parler de Heidegger et de ses écrits technophobes. Il l’associe au « pessimisme technologique » typique des penseurs conservateurs et explique ainsi l’adhésion du philosophe au nazisme en pensant que celui-ci freinerait le développement technologique (p.226) : un bien étrange allié dans le combat démocratique contre les techniques. Etrange allié, également, qu’Alain Finkelkraut, bien connu pour ses positions réactionnaires à propos des immigrés, des femmes ou de la culture contemporaine, décrit ici comme un pourfenseur des technologiques numériques appliquées à la culture au nom d’un « élitisme culturel » (p. 308). Ce faisant, il le range du côté des Jacques Ellul, des André Gorz ou autres Cornelius Castoriadis, pourtant peu susceptibles d’être taxés de réactionnaires, mais aussi très critiques à l’égard des nouvelles technologies.

Si beaucoup de technocritiques sont formulées « pour de très bonnes raisons », comme dit Jarrige (p. 343), d’autres le sont aussi pour de très mauvaises, c’est indéniable. En minimisant celles-ci, l’auteur tombe dans le même travers simplificateur que ceux qui opposent technophobes et technophiles. En somme, il oppose les capitalistes et les libéraux (qui ont encouragé le développement technologique productiviste, consumériste et anti-écologique) et les anti-capitalistes.

Pourtant son livre est excellent en ce qu’il donne les moyens et les sources pour dépasser ces clivages binaires. Ne vous trompez pas. Technocritiques n’est pas un pamphlet façon A nos amis, même s’il en partage certaines analyses sur les techniques de contrôle du néo-libéralisme ou sur l’hypocrisie de l’économie verte et l’erreur du développement durable. Ce n’est pas non plus un essai, comme l’est Eloge du carburateur de Matthew Crawford, même s’il pense comme lui que plus les objets que nous consommons nous sont inaccessibles techniquement, plus ils nous dominent et ceux qui les fabriquent par la même occasion, et plus nous devons renouer contact avec le réel à travers une réappropriation technique des objets. C’est un livre d’histoire engagée, très documenté, qui fait entendre les voix technocritiques qui dérangent ceux qui détiennent le capital et les moyens de production et d’innovation. On attend avec impatience un livre équivalent qui épouserait le point de vue de technophiles anticapitalistes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *