De l'inconvénient et de l'utilité du spectacle pour le football

Contre toute attente, le matériel élémentaire du match de football n’est pas la physicalité (le terrain, le ballon, la vitesse, la frappe) mais l’imaginaire (et c’est ce qui explique les engouements et les débordements des publics et des nations).

Arnaud Lambert, Société du Football

Sport ou spectacle ?

Le football professionnel est un sport quand l’équipe qu’on défend a perdu. En fait, le football « n’est qu’un sport » serait une formule plus appropriée, plus conforme en tout cas à la rhétorique des commentaires dits sportifs. Les récentes aventures de l’équipe de France pendant la Coupe du Monde 2010 le montrent. Tous ceux qui défendent un tant soit peu les joueurs, le sélectionneur ou encore la Fédération l’affirment en cœur : le football n’est qu’un sport et ne justifie pas les titres à scandale des journaux, le déchainement des passions populaires, les convocations à l’Élysée qui se sont déclenchées depuis ces dernières semaines. Le contraste est saisissant avec la rhétorique de la Coupe du Monde 1998 : il était alors évident (la France avait gagné, rappelons-le pour ceux qui étaient sur Mars à l’époque) que le football était beaucoup plus qu’un sport : un miroir du peuple, un exemple pour les jeunes, un modèle social etc.

Une définition classique du sport comme celle du dictionnaire montre par défaut pourquoi le football professionnel ne se résume pas à cette qualification : « activité physique exercée dans le sens du jeu, de la lutte et de l’effort, et dont la pratique suppose un entraînement méthodique, le respect de certaines règles et disciplines. » Assurément le football professionnel répond bien à cette définition. Mais si l’on s’en tenait là, on serait incapable de comprendre pourquoi plusieurs centaines de millions de téléspectateurs regardent la Coupe du Monde, pourquoi plusieurs centaines de millions d’euros sont dépensés chaque mois pour le football professionnel, pourquoi des actes de violence ou de liesse invraisemblables sont déclenchés en marge de certains matchs. On le voit, le football professionnel n’est pas qu’un sport. Il est aussi, c’est un lieu-commun, un spectacle. Le football professionnel est indissociable des stades de 60000 places et des retransmissions télévisées. Il se différencie ainsi nettement d’autres « sports » qui lui ressemblent beaucoup, tels le handball, tout aussi orientés vers l’exercice physique, le jeu, la lutte et l’effort, mais beaucoup moins médiatiques. En revanche il s’assimile comme spectacle à d’autres « sports » comme le basket ou le catch (sans doute le sport le moins sportif et le plus médiatique ; j’y reviendrai).

On pourrait ainsi établir une échelle des sports dans lesquels ceux-ci seraient répartis en fonction de la part que le spectaculaire y occupe : du moins médiatique (par exemple : l’alpinisme, qui peut par définition difficilement remplir des stades) au plus médiatique (sans conteste, le catch).

À cette courbe on pourrait faire correspondre d’autres graphiques. D’abord, l’indice de tricherie pratiquée dans chaque sport. Là encore, le catch est l’exemple maximal, où la tricherie fait partie intégrante du jeu, tout en restant hors des règles (sinon elle se nierait comme tricherie) ; elle peut ainsi provoquer l’indignation du lutteur qui en pâtit et du public qui constate, impuissant, la triche. D’autres sports assez spectaculaires acceptent relativement bien la tricherie, comme le vélo professionnel par exemple (dopage) ou bien sûr le football : simulations en tous genres, mains « miraculeuses » de joueurs « innocents » qui offrent la victoire à leur équipe, trucages des résultats d’arbitrage etc. En revanche, la tricherie est relativement rare en alpinisme – du moins, elle est moins médiatisée.

Une autre courbe qui correspondrait sûrement à ces deux premières est celle de la professionnalisation des sports. On retrouverait sans doute, là où les sports sont les plus médiatiques et les plus tricheurs, l’indice de professionnalisation le plus important : c’est une évidence pour le catch, le foot et le vélo (j’ignore ce qu’il en est pour d’autres sports médiatiques comme le basket ou le golf : les basketteurs et les golfeurs sont assurément des professionnels et des stars, mais sont-ils aussi tricheurs ? Il semble que oui, si l’on en croit cette vidéo :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=81fwEmP2CKY[/youtube]

Plus sérieusement : rappelons qu’il suffit de faire exprès de perdre pour tricher, ce qui peut se produire dans n’importe quel sport).

La raison de ces corrélations est assez évidente. Quand un sport devient professionnel, les règles qui le régissent ne sont plus celles du jeu mais celles du marché, donc de la compétition. Tout est bon alors pour être le meilleur et gagner (même la triche). En outre, l’investissement dans le sport professionnel relève essentiellement de l’économie médiatique et mécénatique : il s’agit pour le sponsor qui paye l’équipe ou le sportif afin qu’il ait le meilleur équipement, le meilleur entraînement etc. d’avoir la meilleure image possible, ce qui est fondamental dans une économie de spectacle où la valeur d’échange est moins attribuée à des qualités intrinsèques aux marchandises qu’à leurs qualités apparentes. D’où l’empressement de la société Quick de retirer ses publicités avec Nicolas Anelka, dont les mots grossiers, publiés à la Une de L’Equipe, risquaient de ternir son image (même remarque pour les divers sponsors de Tiger Woods).

Les sponsors ont donc tout intérêt au développement spectaculaire des sports professionnels : plus un sport devient spectaculaire, plus il produit de l’image, plus il génère des profits médiatiques, plus il est rentable.

À noter l’exemple intéressant du rugby, en voie de professionnalisation depuis une quinzaine d’années : ce jeu d’amateurs, dans lequel le fair play et le respect de l’arbitre étaient deux principes sacro-saints qui le différenciaient agréablement du foot, qui ne faisait l’objet d’aucun investissement médiatique particulier, à part la finale de la Coupe de France et le tournoi des Six Nations, a vu se développer, depuis son entrée dans le professionnalisme, les mêmes évolutions qu’au football : organisation d’une Coupe du Monde, starisation des joueurs et développement des publicités les mettant en scène, triches et fraudes. Sur ce dernier plan cependant, le rugby a deux armes dont ne dispose pas le football : d’une part la culture propre à l’histoire de ce sport qu’il sera difficile à mettre à mal en quelques années (alors que le football est professionnel en France depuis les années 20, dans le monde depuis les années 60) ; d’autre part l’arbitrage vidéo, mis en place dans les années 1990 et utilisé pour aider l’arbitre en cas d’ambiguïté dans la zone de l’en-but. Mais sur ce point, les polémiques font rage.

Pour ou contre l’arbitrage vidéo ?

Comme tout le monde le sait (sauf nos Martiens), l’arbitrage vidéo n’est pas reconnu officiellement au football, alors qu’il est pratiqué allégrement sur toutes les chaines de télévision qui retransmettent les matchs en direct. Les raisons qui sont avancées pour expliquer ce refus d’utiliser la vidéo pour seconder les arbitres ne sont pas toujours convaincantes, à l’instar des arguments proposés par Jacques Blociszewski depuis quelques années et encore récemment. L’auteur de Le match de football télévisé, dont on lira avec intérêt quelques extraits ici, oppose au réel du football (deux équipes sur un terrain, les règles du jeu, etc.), son double virtuel, ou plutôt télévisuel, qui le dénature et le pervertit. L’arbitrage vidéo ferait partie de cette perversion du jeu, et ceci pour plusieurs raisons.

1. La vidéo ne donne pas forcément une réponse claire aux cas ambigus.

Certes mais dans bien des cas la réponse est plus claire que le simple témoignage visuel des arbitres.

2. Il faudrait interrompre le jeu, ce qui serait insupportable, produisant beaucoup de tension entre les joueurs, dans les tribunes.

Mais c’est déjà le cas, le jeu est sans cesse interrompu (quand par exemple, après une faute grave, un joueur blessé se fait soigner ou quand les joueurs de l’équipe punie protestent auprès de l’arbitre, et ainsi de suite).

3. L’arbitrage vidéo est défendu par le lobby des gens de la télévision, qui le pratiquent déjà, alors que les vrais acteurs du jeu sont contre. Son utilisation serait le signe d’une perte de contrôle des résultats du jeu par ses protagonistes et sa soumission aux forces médiatiques extérieures, bref elle renforcerait la spectacularisation du football.

Mais, en même temps les opposants de l’arbitrage vidéo refusent que l’issue d’un match soit déterminée par un groupe d’experts devant un écran et reconnaissent que cela nuirait à l’impact dramatique du jeu, c’est-à-dire à sa spectacularité. On pourrait très bien imaginer en effet la FIFA possédant ses propres caméra et nommant des experts, des professionnels du foot, des arbitres, des joueurs ou des entraineurs, sans que la télévision, les commentateurs et les téléspectateurs aient la moindre possibilité d’interférer dans ce système.

4. La dernière raison est amusante parce qu’elle est humaniste. Invoquée notamment par Michel Platini, elle consiste à opposer un football « technologique » et un football « humain ». Au premier correspond le sport-spectacle, le sport-business (qui porte un nom : Arsène Wenger, comme par hasard consultant chez TF1, entraîneur d’Arsenal, une des équipes les plus riches et talentueuses d’Europe). Au second correspond un sport-bonheur, celui des petites équipes méritantes contre les grands peuples côtés en bourse, celui des amateurs contre les professionnels. Les ressorts hautement moralisants de cet argument sont évidents et peu digestes. Cependant, certaines de ses implications sont remarquables. Quand Platini dit qu’il y a vingt ans, sans les caméras autour du terrain, seuls Thierry Henry et le gardien de but auraient su qu’il avait fait main, lors du dernier match de qualification pour la Coupe du Monde 2010 entre la France et l’Irlande, il admet que l’erreur d’arbitrage fait également partie du jeu, de ses règles.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=HE7r_BTeIsQ&feature=player_embedded[/youtube]

(les fautes d’orthographe ne sont pas de mon fait) L’erreur d’arbitrage n’est pas à proprement parler de la tricherie (sauf les cas où l’on pourrait prouver que l’arbitre a été payé pour se « tromper »). Mais comme la tricherie, elle est tolérable quand elle reste cachée. On peut se demander si, suivant ce raisonnement, le ver du mensonge ne s’est pas déjà introduit dans la pomme morale des opposants à l’arbitrage vidéo. En d’autres termes : le football télévisuel est-il plus immoral que son équivalent brut ? N’est-il pas ancré dans ses règles, dans sa dramaturgie, d’être par-delà bien et mal ? Ainsi son aspect collectif (chaque équipe représente métonymiquement la communauté : la ville, le pays) ; sa forme de duel (la forme dramaturgique par excellence) ; ou encore la polarisation du résultat sur un seul type de performance, la plus difficile : marquer un but. Tout se passe au football comme dans un duel au pistolet : il est très difficile de toucher l’adversaire, mais quand on le touche, c’est souvent grave, voire fatal. C’est même de plus en plus difficile puisque les stratégies mises en place par les entraîneurs des équipes professionnelles renforcent toujours plus la défense au détriment de l’attaque, tant la peur de perdre l’emporte sur l’envie de jouer.

Certaines tentatives ont été introduites pour corriger ce problème : ainsi le hors-jeu n’est plus invoqué si l’attaquant se trouve exactement sur la même ligne que le dernier défenseur (1990) ou l’interdiction pour un gardien de toucher avec les mains un ballon qu’un coéquipier lui envoie, règle introduite en 1992, ou encore la sanction d’un carton rouge des tacles par derrière qui stoppent les attaquants en pleine course vers le but (1998). Mais ces réformes des lois du jeu sont timides et n’empêchent pas les équipes, quand l’enjeu est important, de manquer singulièrement d’audace offensive. Le tableau ci-dessous (source) montre qu’à partir des années Soixante (quand la mondialisation du football professionnel devient effective), le nombre de buts par match lors des Coupes du Monde ne cesse de baisser, pour se stabiliser à une moyenne d’environ 2,5. Une courbe appliquée aux seuls buts marqués pendant les finales aboutit à un résultat similaire.

Football apollonien ou football dionysiaque ?

Que se passerait-il si l’on comptabilisait, dans le résultat final, en cas de match nul par exemple, toutes les « belles » actions de jeu ? On pourrait imaginer un système de points, comme en boxe, comptant les dribbles, les passes et les interceptions réussies, les mauvais tacles et les fautes, etc., en utilisant un barème et des coefficients assez fins pour pouvoir cerner les différents aspects du jeu (collectif, individuel, offensif, défensif), en donnant éventuellement une valeur supérieur aux aspects offensifs. De sorte que l’équipe qui gagnerait, en cas d’égalité en nombre de buts, serait celle qui compterait le plus grand nombre de points, c’est-à-dire le plus grand nombre d’actions réussies. On imagine les statistiques magnifiques qui traduiraient mathématiquement chaque rencontre.

Si cette mesure était appliquée, elle améliorerait peut-être la qualité du jeu : moins de fautes, plus de « beaux gestes ». Mais elle amoindrirait sans doute la dimension émotionnelle du jeu : finis les séances de tirs au but, les commentaires délirants, les scènes de folie collectives et les recettes financières mirobolantes. Le football n’est pas un sport fondé sur l’exécution de « figures », au sens que ce mot peut avoir dans la danse classique, le patinage artistique ou l’athlétisme. Il se distingue, en cela, assez profondément du catch où chaque combattant possède son propre réservoir de figures et surtout ses « prises de finition » qui constituent sa marque de fabrique, sa signature. Même si certains footballeurs ont imprimé leur nom à tel ou tel dribble (la « panenka », la « redondo », la « cuautemiña » ; voir la liste et les extraits ici), force est de constater que de tels gestes restent exceptionnels dans les matchs de haute compétition et sont plutôt visibles dans les matchs d’exhibition ou les publicités.

Leur rareté n’empêche pourtant pas les matchs d’être vécus avec la plus grande intensité par les supporters des équipes en jeu. Ce ne sont pas les beaux matchs qui font l’histoire du football : ce sont les matchs tragiques. On pourrait presque reconduire ici l’opposition nietzschéenne de l’apollinien et du dionysiaque : sans conteste, le football est du côté du dionysiaque, quand les joueurs, les commentateurs et les supporters sont tous emportés par un élan qui les dépasse et qui explique, le lendemain, les grands titres des journaux. Barthes avait déjà souligné l’aspect tragique du match de catch : comme dans la tragédie grecque, le match se fait combat cosmique entre deux forces surhumaines, monstrueuses1. On reproche aujourd’hui au catch américain d’être trop scénarisé, trop artificiel, pas assez « spontané ». Il va de soi que c’est cet artifice qui produit la dimension tragique du catch et par là même son efficacité spectaculaire. Au football, tout se passe comme si les scénarios s’écrivaient d’eux-mêmes. La puissance tragique des rencontres en est d’autant plus forte. En réalité, l’artifice est d’autant plus efficace qu’il est caché. Assurément, la télévision est l’organe invisible à travers lequel les scénarios du football se mettent en place. Le rôle des ralentis (qui permettent entre autres de voir les erreurs d’arbitrage), le montage de différents matchs, le dispositif discursif (les commentaires) participent de cette construction insensible de l’écriture du football comme récit.

Il n’est pas certain que l’arbitrage vidéo s’insère dans le même dispositif. Avec l’arbitrage vidéo, la « main de Dieu » de Maradona qui donna la victoire de son équipe contre l’Angleterre (et lui fit gagner la coupe du monde 1986) comme une vengeance de la guerre des Malouines n’eut pas été possible, c’est-à-dire que Maradona ne serait pas devenu un mythe du football ni ce match une allégorie politique.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=pSl0DkF4v7s&feature=player_embedded[/youtube]

Avec l’arbitrage vidéo, la main de Thierry Henry qui qualifia la France contre l’Irlande pour la coupe du monde 2010 aurait été simplement sanctionnée, la France n’aurait pas été qualifiée, Thierry Henry n’aurait pas été reçu à l’Élysée en pleines manifestations contre la réforme des retraites et Nicolas Sarkozy n’aurait pas été réélu en 2012 (j’anticipe un peu pour mes futurs lecteurs).

Dernier exemple intéressant : le match Angleterre-Allemagne (1-4) en huitième de finale de cette Coupe du Monde (27 juin 2010) a été le théâtre d’une flagrante erreur d’arbitrage (voir ce billet d’Amandine Gleyzes) : un but de Frank Lampard a été refusé. Le ballon rebondit sur la barre transversale, pénètre dans le but et ressort.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=o5QlBHF6ib8&feature=player_embedded[/youtube]

L’arbitre n’a pas vu que le ballon avait bien pénétré dans le but et a cru qu’il avait rebondi avant la ligne L’arbitrage vidéo aurait permis de corriger cette erreur évidente et de faire revenir l’Angleterre à 2-2 à la mi-temps. Mais cette erreur est beaucoup plus riche d’effets d’un point de vue spectaculaire. Elle fait entrer ce match dans l’histoire, voire dans l’épopée du football. Déjà il était annoncé qu’on verrait la revanche du Angleterre-Allemagne de la Coupe du Monde 1966, où l’Angleterre avait gagné et remporté la coupe. Mais, hasard extraordinaire, l’Angleterre avait marqué un but très contesté, un tir rebondissant sur la barre transversale, touchant terre près de la ligne de but, et ressortant en dehors… quasiment le même qu’en 2010, quoique beaucoup plus incertain (la vidéo ne montre pas clairement si le ballon a complètement franchi la ligne de but ou pas).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=LrqLo5WJzlA&feature=player_embedded[/youtube]

En d’autres termes, non seulement l’Allemagne a eu sa revanche, mais l’injustice de 1966 a été réparée par une autre injustice. Ce ne sont pas les arbitres qui décident ici, c’est le Destin (notons entre parenthèses que la Coupe du Monde 1966 marque définitivement l’entrée du football international dans le monde de la télévision).

Bref, avec l’arbitrage vidéo, la dimension tragique du football s’en trouverait grandement diminuée. De même si l’on appliquait le système des points. Il faut se demander au bout du compte ce que l’on préfère : un beau jeu, apollinien et sportif, honnête et froid comme une peinture de Poussin, ou une performance empathique, dionysiaque et amorale, la seule qui, heureusement ou malheureusement, est capable de remplacer la guerre pour émouvoir tout un peuple.

  1. R. Barthes, « Le monde où l’on catche », in Id. Mythologies, Paris, 1957, repris dans Id., Œuvres complètes, 2002, vol. I, p. 679-88. Pour plus d’analyse je renvoie le lecteur à Ma première Mythologie. []

4 réflexions sur « De l'inconvénient et de l'utilité du spectacle pour le football »

  1. « Quand un sport devient professionnel, les règles qui le régissent ne sont plus celles du jeu mais celles du marché, donc de la compétition. Tout est bon alors pour être le meilleur et gagner (même la triche). » J’ai encore en mémoire ce commentaire d’un garçon de 20 ans lorsqu’a éclaté en 1988 le scandale Ben Johnson aux jeux olympiques de Séoul : convaincu de dopage quelques jours seulement après avoir remporté la finale du 100 m devant Carl Lewis avec un nouveau record du monde (9 secondes 79), il avait été aussitôt dépossédé de sa médaille d’or et de son record. Alors que je m’affligeais d’une telle faillite des règles élémentaires de la compétition sportive, ce jeune homme m’avait rétorqué : « Eh bien quoi. Il l’a fait (courir en 9,79). C’est tout ce qui compte. » Comme si, pour lui, l’essentiel résidait dans cet acte hors du commun, et que les moyens utilisés étaient sans importance.
    On peut constater le même écart entre la conscience qu’il y a tricherie et le goût pour le spectacle offert par les sportifs, dans le Tour de France cycliste, complètement perverti par le dopage mais qui continue à attirer les foules sur les routes et devant leur écran de télévision. Qu’est-ce qui compte d’autre dans le sport professionnel ?

  2. Bonjour Thomas, merci beaucoup pour ton billet. Je suis d’accord avec toi sur le fait que le football risquerait de perdre sa dimension tragique avec l’arbitrage vidéo.

    L’inéluctabilité de la décision de l’arbitre, juste ou injuste qu’elle soit, exalte à mon sens la performance des joueurs, que l’on voit continuer à se battre pour la victoire malgré le caractère irréversible de l’arbitrage. Et la sensation du spectateur est similaire à celle qu’il peut avoir en regardant le protagoniste d’un film d’action qui continue à lutter contre les adversités alors que tout semble être perdu…Je pense que la figure de l’arbitre n’est absolument pas secondaire dans le football, et peut incarner au contraire un rôle similaire à celui que l’on attribue à la fatalité, dans la tragédie, mais aussi dans la vie quotidienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *