Archives de catégorie : Contributions

articles originaux ou prépublications, textes de communication en colloque, interventions, conférences.

Artisanat et révolution

Ceci est le texte d’une conférence donnée au Centre d’art contemporain du Parc Saint-Léger à Pougues-les-eaux le 4 avril 2017, en marge de l’exposition de Florentine Lamarche et Alexandre Ovize, Les motifs sauvages (19/02 – 30/04/2017). Que sa directrice, Catherine Pavlovic, soit chaleureusement remerciée de son invitation.

Florentine Lamarche et Alexandre Ovize, L’Artichaut, 2015

Dans leurs gros vases en céramique, qu’ils ont produits au Mexique, Florentine Lamarche et Alexandre Ovize glissent parfois une chaussure, elle aussi en céramique. Etrange endroit. A qui appartiennent ces chaussures ? Est-ce à un mort, comme si la chaussure était tout ce qu’il en restait, pieuse relique conservée dans une urne funéraire artistiquement travaillée ? Quand un artiste cache un détail dans son œuvre, et que seuls les plus fins observateurs le dénichent, c’est souvent que l’on touche là à une question personnelle, peut-être intime, une question que l’on n’a pas envie de partager forcément avec les spectateurs distraits et moyennement intéressés, mais avec ceux dont le regard patient mérite d’entrer dans la confidence.

La clé m’a été donné par Pedro Morais, critique d’art, qui a organisé il y a quelques mois une exposition à Paris, dans laquelle il exposait un de ces vases à chaussure secrète de Lamarche-Ovize. La chaussure, m’expliqua-t-il, est une allusion au cordonnier de la Commune, l’artiste des barricades, Napoléon Gaillard. Pourquoi un artisan cordonnier devint-il l’un des maîtres d’œuvre de l’insurrection et du mouvement populaire qui renversa l’ordre du monde pendant 72 jours ? Etait-ce un hasard, ou bien existe-t-il un lien structurel entre artisanat et révolution ? Et pourquoi deux artistes d’aujourd’hui font-ils signe vers cette figure glorieuse dans l’histoire des mouvements populaires, mais qui a peu laissé de trace dans l’histoire de l’art ? Ce sont les questions auxquelles je vais essayer de répondre dans l’heure qui suit. Continuer la lecture de Artisanat et révolution

Politiques de l’ornement

Je publie ici le texte de ma conférence présentée lors du colloque Ergon et Parergon. Arts décoratifs, arts appliqués, arts industriels : les beaux-arts et les autres, organisé par Alexandre Biès et Carole Talon-Hugon, Université Côte d’Azur, Nice, 1-2 février 2017.

Que les organisateurs de ce colloque soient remerciés pour la qualité de leur sélection d’intervenants, dont beaucoup ont fait de remarquables communications.

L’ornement du pouvoir

Le Corbusier, L'art décoratif d'aujourd'hui
Le Corbusier, L’art décoratif d’aujourd’hui. « Les objets utiles ont libéré autant d’esclaves d’autrefois. »

Si l’on s’intéresse aux implications politiques de l’ornement, il est à peu près sûr que les mots « faste, décorum, pompes, munificence, voire illusion », vont très vite s’inviter dans la discussion. Autrement dit, la figure politique de l’ornement la plus évidente, c’est celle de la domination. Continuer la lecture de Politiques de l’ornement

Du mode technique d'existence des objets artistiques

Ceci est le texte remanié d’une conférence donnée au Musée du quai Branly le 28 mars 2013 dans le séminaire « Culture matérielle » organisé par Ludovic Coupaye et Jean-Paul Demoule. Que l’assistance soit remerciée pour son écoute attentive et ses commentaires fructueux.

Je voudrais présenter ici un projet de recherche qui commence à se mettre en place à la Villa Arson, l’école d’art où j’enseigne, intitulé pour l’instant Essais de bricologie. Il comprend deux volets principaux : une exposition et un numéro de Techniques & Culture qui sera consacré aux techniques dans l’art contemporain et le design. J’aimerais expliquer pourquoi cette envie de travailler sur les objets artistiques du point de vue des techniques, et surtout pourquoi ce recours à l’anthropologie des techniques. Je précise que je n’aborderai pas ici les questions posées par le design, parce que ce n’est pas mon domaine de compétence. Je me concentrerai sur les arts plastiques contemporains et leur rapport aux techniques, ce qui est déjà un assez gros problème. Continuer la lecture de Du mode technique d'existence des objets artistiques

Génération et Création

Je travaille actuellement à un article pour un numéro thématique sur « La parenté en images » d’images re-vues et j’ai ouvert un dossier sur la métaphore de la filiation biologique en matière de création artistique : l’artiste accouche de son œuvre, l’artiste est le père de ses œuvres etc. Un exemple : dans La cousine Bette de Balzac (1847), je trouve ce passage :

Penser, rêver, concevoir de belles œuvres est une occupation délicieuse. […]. Celui qui peut dessiner son plan par la parole passe déjà pour un homme extraordinaire. Cette faculté, tous les artistes et les écrivains la possèdent. Mais produire! Mais accoucher ! Mais élever laborieusement l’enfant, le coucher gorgé de lait tous les soirs, l’embrasser tous les matins avec le cœur inépuisé de la mère, le lécher sale, le vêtir cent fois des plus belles jaquettes qu’il déchire incessamment.

Cependant, contrairement à ce à quoi je m’attendais, il est plus difficile que prévu de trouver des sources anciennes utilisant cette métaphore.

Je lance ici un appel à ceux qui seraient capables de trouver des sources de ce genre. Continuer la lecture de Génération et Création

De l'inconvénient et de l'utilité du spectacle pour le football

Contre toute attente, le matériel élémentaire du match de football n’est pas la physicalité (le terrain, le ballon, la vitesse, la frappe) mais l’imaginaire (et c’est ce qui explique les engouements et les débordements des publics et des nations).

Arnaud Lambert, Société du Football

Sport ou spectacle ?

Le football professionnel est un sport quand l’équipe qu’on défend a perdu. En fait, le football « n’est qu’un sport » serait une formule plus appropriée, plus conforme en tout cas à la rhétorique des commentaires dits sportifs. Les récentes aventures de l’équipe de France pendant la Coupe du Monde 2010 le montrent. Tous ceux qui défendent un tant soit peu les joueurs, le sélectionneur ou encore la Fédération l’affirment en cœur : le football n’est qu’un sport et ne justifie pas les titres à scandale des journaux, le déchainement des passions populaires, les convocations à l’Élysée qui se sont déclenchées depuis ces dernières semaines. Le contraste est saisissant avec la rhétorique de la Coupe du Monde 1998 : il était alors évident (la France avait gagné, rappelons-le pour ceux qui étaient sur Mars à l’époque) que le football était beaucoup plus qu’un sport : un miroir du peuple, un exemple pour les jeunes, un modèle social etc. Continuer la lecture de De l'inconvénient et de l'utilité du spectacle pour le football

Beatriz Milhazes à la Fondation Cartier : glocal-ornemental

« Do you see yourself as a bedroom artist ? »
la revue RES à Beatriz Milhazes1.

Le hasard de l’actualité culturelle parisienne a fait en sorte que deux expositions simultanées ont semblé entretenir un dialogue sur l’ornement et l’abstraction. Kandinsky au Centre Pompidou2, Beatriz Milhazes à la Fondation Cartier3.

Kandinsky MilhazesKandinsky, Quelques cercles, 1926 / Milhazes, Sinfonia Nordestina, 2008

Un des fondateurs de la peinture abstraite et une de ses lointains épigones. Les grands tableaux de Milhazes ont un air de parenté avec les compositions géométriques de Kandinsky. On y trouve le même penchant pour les pans de couleur pure, pour les lignes nettes, pour les compositions complexes et décentrées. Des formes élémentaires, cercle, étoile, carré, rectangle etc. y déploient comme un langage symbolique mystérieux. Une forte musicalité s’y fait à chaque fois sentir : entre Schönberg et la samba, l’opéra dodécaphonique et le carnaval de Rio, une parenté insoupçonnée est révélée par l’histoire de la peinture abstraite, de Kandinsky à Milhazes, à travers la question du rythme – celui-ci étant à la mélodie ce que l’abstraction est à l’histoire figurée.

Mais disons tout de suite que ce qui distingue l’œuvre de Milhazes de son aîné, de son modèle, c’est sa franche ornementalité. Je sais que certains, à ce mot d’ornement, auront déjà leur opinion faite sur le travail de l’artiste brésilienne. Une opinion négative il va de soi. Même si le modernisme fait partie dorénavant de l’histoire, et même si le postmodernisme (que beaucoup considèrent aussi comme un souvenir) a décomplexé les artistes (et les critiques) sur le rapport entre l’art et le kitsch, il reste un préjugé tenace, car profondément ancré dans l’esprit même du modernisme, qui pourrait justifier le rejet a priori des compositions ornementales de Milhazes : l’ornement n’a rien à faire avec l’art. Continuer la lecture de Beatriz Milhazes à la Fondation Cartier : glocal-ornemental

  1. « Interview with Beatriz Milhazes », RES Art World/World Art, n° 2, mai 2008, p. 2-15 (15). []
  2. 8 avril – 10 août 2009. http://www.centrepompidou.fr/Pompidou/Manifs.nsf/0/A92256B1929D8228C12574EF00386B62?OpenDocument&L=1 []
  3. 4 avril 2009 – 21 juin 2009. http://fondation.cartier.com/?_lang=fr (choisir « depuis 1984 » puis cliquer sur l’image d’un tableau de Milhazes). []