Archives de catégorie : Notes

ébauche d’analyse, observation ou idée, brouillon, plan, etc

François Hollande et le bricolage

Une fois n’est pas coutume, je me permets ici une note d’humeur politique en un moment où on a l’impression que la gauche socialiste va s’effondrer, laissant fluer dans la digue ouverte des élections prochaines les le pen, les copé et les sarkozy qui profitent des malheurs actuels de François Hollande.

Un mot revient en boucle en ce moment pour dire à quel point le président de la République est incapable de donner des réponses fortes et des solutions efficaces à la France en crise: le bricolage. « Est-ce que l’on se rend compte des défis à surmonter, de la gravité de la situation de la France ? » se demande Marine Le Pen, à la suite de l’intervention télévisée de Hollande le 28 avril. « On ne peut pas apporter de petites réponses sorties d’une petite boîte à outils de bricolage. C’était du bricolage ». Là dessus, tous les critiques de droite (politiciens et journalistes) sont partis sur le sobriquet « Monsieur bricolage », à grands coups de tweets moqueurs et d’éditoriaux sévères. Encore aujourd’hui, Noël Mamère, un peu à la traine, relance le leitmotiv « c’est du bricolage politique », cette fois à propos de la réaction de Hollande à la suite des aveux de Cahuzac.

Ce qui m’énerve ici, ce n’est pas qu’on juge injustement le travail remarquable de Hollande (je ne le pense pas) ; ni qu’on répète comme des moutons un bon mot (c’est le propre des bons mots). Ce qui m’énerve, c’est qu’on dégrade la notion de bricolage en l’associant à l’action actuelle du président de la République. Continuer la lecture de François Hollande et le bricolage

Inglorious Django

Je profite de la sortie de Django Unchained de Quentin Tarantino pour publier ce texte, que j’avais écrit à la sortie d’Inglorious Basterds, mais qui était resté dans mes tiroirs. J’y ajoute un post scriptum consacré au film qui suscite tant de réactions ces jours-ci.
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=VD7-bdZN9rE[/youtube]

Il est très facile d’interpréter le film de Quentin Tarantino, Inglorious Basterds, en termes moraux. Les films de guerre, en particulier les films sur la seconde guerre mondiale, s’y prêtent généralement très bien. Et Inglorious Basterds n’échappe pas à la règle : les Nazis sont les méchants, les Américains (et leurs alliés) sont les gentils. Comme souvent cette psychomachie entre le Mal absolu et le Bien absolu s’incarne en duel entre deux hommes, le Héros, Aldo Raine (Brad Pitt) et le Méchant, Hans Landa (Christoph Waltz). Duel forcément inégal puisque Brad Pitt est un acteur fameux, connu du public pour ses nombreux rôles de gentils, tandis que Christoph Waltz est un fameux acteur, inconnu du public en dehors de l’Allemagne. Mais justement cette virginité de la figure de Waitz et son talent permettent à Tarantino d’inverser les polarités morales de ses deux principaux personnages. En effet Landa n’a ni l’allure ni le comportement d’un méchant. Au contraire, il est beau, bien habillé, bien coiffé, bien rasé, il ne fume ni ne boit (sauf du lait !) ; il est poli, voire policé, cultivé, il parle couramment, outre l’allemand, le français, l’anglais et l’italien ; il est remarquablement intelligent, efficace et pour finir il pose une bombe sous le siège d’Hitler pour mettre fin à la guerre. Celui qui se comporte comme un méchant, c’est bien Aldo Raine : il porte une moustache (ce qui est mauvais signe, signe de dissimulation), il parle mal, il est ignare, c’est une brute ; il ne connaît pas la pitié et torture ses ennemis, même ceux qui se sont rendus. Continuer la lecture de Inglorious Django

Inglorious Django

Je profite de la sortie de Django Unchained de Quentin Tarantino pour publier ce texte, que j’avais écrit à la sortie d’Inglorious Basterds, mais qui était resté dans mes tiroirs. J’y ajoute un post scriptum consacré au film qui suscite tant de réactions ces jours-ci.
[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=VD7-bdZN9rE[/youtube]

Il est très facile d’interpréter le film de Quentin Tarantino, Inglorious Basterds, en termes moraux. Les films de guerre, en particulier les films sur la seconde guerre mondiale, s’y prêtent généralement très bien. Et Inglorious Basterds n’échappe pas à la règle : les Nazis sont les méchants, les Américains (et leurs alliés) sont les gentils. Comme souvent cette psychomachie entre le Mal absolu et le Bien absolu s’incarne en duel entre deux hommes, le Héros, Aldo Raine (Brad Pitt) et le Méchant, Hans Landa (Christoph Waltz). Duel forcément inégal puisque Brad Pitt est un acteur fameux, connu du public pour ses nombreux rôles de gentils, tandis que Christoph Waltz est un fameux acteur, inconnu du public en dehors de l’Allemagne. Mais justement cette virginité de la figure de Waitz et son talent permettent à Tarantino d’inverser les polarités morales de ses deux principaux personnages. En effet Landa n’a ni l’allure ni le comportement d’un méchant. Au contraire, il est beau, bien habillé, bien coiffé, bien rasé, il ne fume ni ne boit (sauf du lait !) ; il est poli, voire policé, cultivé, il parle couramment, outre l’allemand, le français, l’anglais et l’italien ; il est remarquablement intelligent, efficace et pour finir il pose une bombe sous le siège d’Hitler pour mettre fin à la guerre. Celui qui se comporte comme un méchant, c’est bien Aldo Raine : il porte une moustache (ce qui est mauvais signe, signe de dissimulation), il parle mal, il est ignare, c’est une brute ; il ne connaît pas la pitié et torture ses ennemis, même ceux qui se sont rendus. Continuer la lecture de Inglorious Django

Note sur l'exposition d'Antoni Muntadas au Jeu de Paume

Ma rapide visite de l’exposition d’Antoni Muntadas Entre / Between aux Galeries nationales du Jeu de Paume à Paris (qui se termine le 20 janvier) m’a laissé dans le doute.

Je ne connais de cet artiste que ce que j’en ai vu dans l’exposition. D’après ce que j’ai compris, ce Catalan d’origine a commencé au début des années 70 à s’intéresser aux pratiques mettant en question les perceptions corporelles, à travers des séries d’actions et de performances. Continuer la lecture de Note sur l'exposition d'Antoni Muntadas au Jeu de Paume

Génération et Création

Je travaille actuellement à un article pour un numéro thématique sur « La parenté en images » d’images re-vues et j’ai ouvert un dossier sur la métaphore de la filiation biologique en matière de création artistique : l’artiste accouche de son œuvre, l’artiste est le père de ses œuvres etc. Un exemple : dans La cousine Bette de Balzac (1847), je trouve ce passage :

Penser, rêver, concevoir de belles œuvres est une occupation délicieuse. […]. Celui qui peut dessiner son plan par la parole passe déjà pour un homme extraordinaire. Cette faculté, tous les artistes et les écrivains la possèdent. Mais produire! Mais accoucher ! Mais élever laborieusement l’enfant, le coucher gorgé de lait tous les soirs, l’embrasser tous les matins avec le cœur inépuisé de la mère, le lécher sale, le vêtir cent fois des plus belles jaquettes qu’il déchire incessamment.

Cependant, contrairement à ce à quoi je m’attendais, il est plus difficile que prévu de trouver des sources anciennes utilisant cette métaphore.

Je lance ici un appel à ceux qui seraient capables de trouver des sources de ce genre. Continuer la lecture de Génération et Création

L'éthique de l'historien de l'art

L’historien que donc je suis

Je ne me considère pas comme historien, si l’on entend par historien :

1) un métier, avec ses horaires, ses obligations, ses techniques, ses hiérarchies, son ennui.

2) une discipline scientifique destinée à mieux nous faire connaître le passé comme il était réellement. Continuer la lecture de L'éthique de l'historien de l'art