Archives par mot-clé : architecture

Politiques de l’ornement

Je publie ici le texte de ma conférence présentée lors du colloque Ergon et Parergon. Arts décoratifs, arts appliqués, arts industriels : les beaux-arts et les autres, organisé par Alexandre Biès et Carole Talon-Hugon, Université Côte d’Azur, Nice, 1-2 février 2017.

Que les organisateurs de ce colloque soient remerciés pour la qualité de leur sélection d’intervenants, dont beaucoup ont fait de remarquables communications.

L’ornement du pouvoir

Le Corbusier, L'art décoratif d'aujourd'hui
Le Corbusier, L’art décoratif d’aujourd’hui. « Les objets utiles ont libéré autant d’esclaves d’autrefois. »

Si l’on s’intéresse aux implications politiques de l’ornement, il est à peu près sûr que les mots « faste, décorum, pompes, munificence, voire illusion », vont très vite s’inviter dans la discussion. Autrement dit, la figure politique de l’ornement la plus évidente, c’est celle de la domination. Continuer la lecture de Politiques de l’ornement

La Perspective du Diable de Patrice Maniglier

Patrice Maniglier, La Perspective du Diable. Figurations de l’espace et philosophie de la Renaissance à Rosemary’s Baby, s.l., Actes Sud/Villa Arson, 2010

Je ne m’intéresserai pas ici à la posture d’un philosophe qui entend commenter un projet artistique – en l’occurrence Rosemary’s Place de Laetitia Delafontaine et Grégory Niel – aux problèmes généraux que cela pose (illustration d’une thèse, élucubrations générales prenant prétexte d’une œuvre particulière, ignorances esthétiques ou historiques etc.) ni aux réponses propres que l’auteur formule à leur sujet. D’une part parce que celui-ci est parfaitement conscient de ces problèmes, qu’il y répond assez bien (les défauts énumérés ci-dessus sont quasiment tous absents de ce livre) et que beaucoup de critiques et d’historiens de l’art, qui reprochent d’ordinaire aux philosophes leurs « élucubrations », feraient bien de s’inspirer de la patiente description et de l’analyse précise de Rosemary’s Place dont fait preuve ici Patrice Maniglier. D’autre part parce que la portée profonde de l’ouvrage est beaucoup plus intéressante à discuter. Continuer la lecture de La Perspective du Diable de Patrice Maniglier

Génération et Création

Je travaille actuellement à un article pour un numéro thématique sur « La parenté en images » d’images re-vues et j’ai ouvert un dossier sur la métaphore de la filiation biologique en matière de création artistique : l’artiste accouche de son œuvre, l’artiste est le père de ses œuvres etc. Un exemple : dans La cousine Bette de Balzac (1847), je trouve ce passage :

Penser, rêver, concevoir de belles œuvres est une occupation délicieuse. […]. Celui qui peut dessiner son plan par la parole passe déjà pour un homme extraordinaire. Cette faculté, tous les artistes et les écrivains la possèdent. Mais produire! Mais accoucher ! Mais élever laborieusement l’enfant, le coucher gorgé de lait tous les soirs, l’embrasser tous les matins avec le cœur inépuisé de la mère, le lécher sale, le vêtir cent fois des plus belles jaquettes qu’il déchire incessamment.

Cependant, contrairement à ce à quoi je m’attendais, il est plus difficile que prévu de trouver des sources anciennes utilisant cette métaphore.

Je lance ici un appel à ceux qui seraient capables de trouver des sources de ce genre. Continuer la lecture de Génération et Création