Archives par mot-clé : exposition

Nouvelles de la Kula (le vernissage)

Une exposition avec :

Pauline Curnier-Jardin, João Maria Gusmão et Pedro Paiva,

Louise Hervé et Chloé Maillet, Thierry Liégeois, Len Lye, Pia Maria

Martin, Mika Rottenberg et Jon Kessler, Thomas Teurlai, Rémi Voche

Sur une proposition de Thomas Golsenne

vernissage vendredi 21 février à 18h30 avec une performance de Rémi Voche

Exposition jusqu’au 26 avril

Nouvelles de la Kula est un voyage à travers les formes artistiques contemporaines de l’animisme. Attribuer une intériorité humaine aux animaux, aux végétaux, aux pierres et aux lacs, et s’en distinguer par les apparences, par la parure, c’est la formule ethnologique de l’animisme, telle qu’on l’observe en Amazonie ou en Océanie, mais aussi dans l’Europe pré-moderne. Avec la modernité, l’animisme n’a pas disparu, mais il a changé de forme et de fonction : il manifeste une résistance face à la modernité et il prend la forme mécanique de l’image animée ou de la machine célibataire – quand ce n’est pas, à travers la performance, une citation presque directe des rituels animistes. Cette résistance n’a jamais été plus forte qu’aujourd’hui, car bon nombre d’artistes contemporains interrogent les origines du cinéma, les esprits invisibles ou les rites chamaniques – signe sans doute que la modernité elle-même est en crise et que se fait sentir le besoin de réenchanter le monde.  Nouvelles de la Kula offre une sélection de films, de vidéos, d’installations et de performances produits par des artistes trentenaires dont les travaux traduisent l’acuité de leur regard sur cette situation et la pertinence de leurs réponses.

Centre d’Arts Plastiques  Espace Léon Blum – Rue de la Rochette – BP 100 – 69195 Saint-Fons cedex – tél +33(0)472 09 20 27

centre.arts.plastiques@saint-fons.fr

www.adele-lyon.com

www.saint-fons.fr

ouvert du mardi au samedi de 14h à 18h

Note sur l'exposition d'Antoni Muntadas au Jeu de Paume

Ma rapide visite de l’exposition d’Antoni Muntadas Entre / Between aux Galeries nationales du Jeu de Paume à Paris (qui se termine le 20 janvier) m’a laissé dans le doute.

Je ne connais de cet artiste que ce que j’en ai vu dans l’exposition. D’après ce que j’ai compris, ce Catalan d’origine a commencé au début des années 70 à s’intéresser aux pratiques mettant en question les perceptions corporelles, à travers des séries d’actions et de performances. Continuer la lecture de Note sur l'exposition d'Antoni Muntadas au Jeu de Paume

Louise Hervé et Chloé Maillet à la Synagogue de Delme

A propos de l’exposition de Louise Hervé et Chloé Maillet, Attraction étrange, Centre d’Art Contemporain de la Synagogue de Delme, 24 février – 13 mai 2012

La synagogue de Delme, vue de l'autel. Un journal est posé sur une étagère verte

La portée didactique d’un display pluriséculaire

La synagogue de Delme, édifice du XIXe siècle, est construite selon un plan central dominé par une coupole carrée ; un étage forme une tribune sur deux côtés face à face. Sur le mur face à l’entrée, l’autel, et pas de tribune.

Cette disposition de l’espace ressemble peu ou prou à celle de certaines chapelles chrétiennes, je pense par exemple à la chapelle Pazzi de Brunelleschi. Cette comparaison aura son importance par la suite.

Les artistes ont réparti leur intervention en deux espaces séparés dans la synagogue. Continuer la lecture de Louise Hervé et Chloé Maillet à la Synagogue de Delme

Alien Theory, une exposition de João Maria Gusmão et Pedro Paiva

Alien Theory (photo Martin Argyroglo)

Pourquoi filmer en pellicule à l’époque de la vidéo numérique ? C’est cher et contraignant. Quand on projette le film, le projecteur fait un boucan infernal ; sinon il faut transposer le film sur dvd, mais cette opération est également coûteuse (et on perd de la définition).

L’apparition de la vidéo a constitué une libération pour les artistes dans les années 70 qui, sans trop de moyens mais avec beaucoup d’idées, ont pu ainsi réaliser des films parfois longs et se sont livrés, grâce à des trucages divers et variés, rendus encore plus efficaces par l’informatique, à l’expression de tous leurs fantasmes artistiques.

Mais aujourd’hui, dans les expositions, les films en pellicule sont à l’honneur. Partout on voit et on entend ces projections en super 8, en 16 ou en 35 mm chez les artistes qui sont apparus dans les années 2000. Continuer la lecture de Alien Theory, une exposition de João Maria Gusmão et Pedro Paiva