boycotter n’est pas censurer : les étudiant·es de la Villa Arson s’opposent à l’homophobie

Quand je me représente le fascisme, je vois apparaître les figures autoritaires de Mussolini, de Franco et de Hitler. Je vois des hommes en uniforme militaire, l’air méchant, qui ne savent proférer que des ordres en guise de paroles, imposent leur idéologie et leur pouvoir sur toute une population, jetant dans des camps ou massacrant toutes celles et ceux qui s’opposaient à leur domination ou qui, simplement, étaient considéré·es comme des êtres qui ne méritaient pas de vivre. Je vois des racistes, sexistes et homophobes, suprématistes blancs justifiant leur pouvoir de vie et de mort sur autrui, les juif·ves, les homosexuel·les, les tsiganes, les fous et les folles, les républicain·es, les communistes, les résistant·es, par l’affirmation de la supériorité de leur virilité hétérosexuelle, de leur race pure, de leur violence brute. Je vois leurs héritiers d’aujourd’hui, en Italie et en Espagne, aux États-Unis et en Allemagne, en France, réunis en groupuscules paramilitaires commettant ratonnades, assassinats et attentats.

Quand il se représente le fascisme, Pierre Jourde pense en ce moment à moi. Il pense à un petit commentaire que j’ai posté sur facebook sur la page de la Villa Arson, l’École Nationale Supérieure d’Art de Nice à propos d’une conférence qui allait s’y tenir. Il pense aux réactions que cette conférence a suscitées. Que s’est-il passé ? Les « Gardes rouges », comme il dit, confondant sans doute avec les « chemises brunes », ont-ils envahi l’amphithéâtre ? La conférencière a-t-elle mise aux arrêts ? A-t-elle été empêchée même de donner sa conférence ? Rien de tout cela.

Rien de bien grave en tout cas. Rien de fasciste au sens strict. Seulement des étudiant·es de l’école ont diffusé dans la Villa un certain passage du livre dont la conférencière avait été invitée pour présenter les principales idées, passage que j’avais signalé dans mon message, et ont refusé d’aller l’écouter. Et une personne, dans l’assistance, a pris à partie l’invitée pendant sa conférence avec virulence, avant de se murer dans le silence. Je ne connais pas cette personne et n’ai pas assisté à la conférence. Je n’ai pas appelé à faire taire la conférencière, et si j’avais été là, je l’aurai interrogée sans doute sur le passage en question.

intervention d’étudiant·es de la Villa Arson le jour de la conférence de C. Talon-Hugon à la Villa Arson.

Je comprends que l’invitée ait été quelque peu surprise, voire fâchée, par ces incidents. Mais que ceux-ci soient devenus, sous la plume d’un de ses amis de l’université, la manifestation du fascisme dans les écoles d’art, montre de nouveau que pour certaines voix médiatiques les mots ne veulent dire que leur contraire. Cette hyperbole de la réaction, qui n’hésite pas à flirter avec le point Godwin pour immédiatement mettre au tapis l’adversaire, est un procédé rhétorique et politique bien connu : il consiste à utiliser les propres termes de l’ennemi pour les retourner contre lui ; le faible devient le fort et le fort devient le faible ; l’accusateur, l’accusé, et réciproquement ; les minorités, des dictatures, et les dominants, des victimes ; celles et ceux, qui n’ont jamais la parole, des censeurs, et celles et ceux qui la monopolisent, des censuré·es.

Pierre Jourde n’est pas, à proprement parler, quelqu’un qu’on empêche de s’exprimer. Professeur des universités, spécialiste de Huysmans reconnu, auteur de très nombreux livres, invité à des conférences régulièrement, il est aussi polémiste et auteur d’un blog sur le site du Nouvel Obs depuis 2009. Carole Talon-Hugon, la conférencière, professeure des universités également (elle enseignait à Nice avant de rejoindre l’année dernière l’Université Paris-Est Créteil), spécialiste de l’esthétique du XVIIIe siècle, elle aussi autrice de nombreux livres, notamment sur l’art et la morale, ancienne déléguée scientifique pour la philosophie à l’AERES, ancienne directrice de rédaction de la Nouvelle Revue d’Esthétique et de la revue Noesis et présidente de la Société Française d’Esthétique, membre de l’Institut Universitaire de France. C’est assurément quelqu’un qui compte dans l’esthétique française et un pilier de l’institution universitaire.

À parcourir les nombreuses interviews qu’elle a données à propos de son livre, de Libération au magazine Le Point, l’autrice a pu à loisir dérouler son argumentaire dans tous types de médias. À moins d’être d’une mauvaise foi particulièrement profonde, je ne vois pas comment on pourrait parler d’un livre censuré, puisque c’est tout le contraire. Mais, des voix s’opposant au contenu du livre, voilà le spectre de la censure fasciste qui ressurgit. Ainsi, celles et ceux qui critiquent sans cesse le règne de la « pensée unique » peinent parfois à supporter des points de vue différents des leurs. Je sais que cet argument est précisément celui invoqué par celles et ceux qui appellent au loup de la « censure », mais les positions ne sont pas réversibles : Pierre Jourde, Carole Talon-Hugon et celles et ceux qui se plaignent dans les médias de n’avoir plus le droit de s’exprimer, font partie des fractions dominantes de notre société, au sein de l’université ou en dehors. C’est parce que leur position est contestée qu’ils et elles réagissent avec toute la violence symbolique et les moyens dont ils et elles disposent, à travers publications, interventions médiatiques, mobilisation de leurs réseaux professionnels.

De mon côté, j’ai été élu maître de conférences à l’Université de Lille il y a trois ans, après avoir enseigné dix ans à la Villa Arson comme historien de l’art. Loin des yeux mais pas du cœur, je suis toujours ce qui s’y passe avec beaucoup d’intérêt. J’ajoute que je suis blanc, cis hétéro, conscient des privilèges que j’ai reçus, et ayant jusqu’à maintenant relativement peu souffert de discriminations. Petit-fils d’immigrés italiens, anglais et juifs polonais, j’ai grandi dans une famille où l’on savait ce que c’était que le vrai fascisme. Je me considère comme un allié des mouvements féministes, décoloniaux et LGBTQI+. Mon propos n’a qu’une seule motivation, montrer qu’être allié de ces mouvements signifie, au minimum, se désolidariser des déclarations sexistes, racistes, transphobes et homophobes. Si je me situe biographiquement, c’est parce que je considère que la science n’est pas produite par des esprits désincarnés, mais par des êtres sociaux dont les déterminations sociologiques ont d’autant plus d’effets qu’ils n’en ont pas conscience.

J’ai rencontré quelques fois Carole Talon-Hugon à Nice, notamment pendant des colloques, le dernier en octobre 2019, juste avant que je ne lise son livre. Je n’avais, jusque-là, pas de mauvais rapports avec elle. Ce qui a tout fait basculer, c’est la lecture de L’art sous contrôle, ce livre paru en 2019 aux P.U.F., qu’elle présenta à la Villa Arson le 30 janvier 2020. C’est une collègue de Lille qui m’a prêté cet essai alors que nous discutions de la liberté d’expression et des accusations de censure régulièrement lancées depuis quelques années à l’encontre de groupes militant·es – nous étions en plein pendant l’affaire J’accuse de Polanski. Il est possible de discuter des idées et des arguments de ce livre de manière académique, en les examinant sérieusement, en analysant les méthodes de recherche et d’argumentation, en discutant les conclusions qu’elle en tire. Je me réserve le droit de prendre le temps qu’une critique scientifique impose avant d’en publier un compte-rendu plus exhaustif. Je me contenterai pour l’instant, en guise de résumé, de citer la quatrième de couverture :

« Après des décennies de transgressivité, l’art est plongé ces dernières années dans une atmosphère de moralisation. Un nombre grandissant d’œuvres affichent désormais haut et fort des intentions morales. L’artiste indifférent ou provocateur a largement cédé la place à la figure de l’artiste vertueux et engagé. Ce tournant moralisateur s’exprime également dans la montée en puissance de la critique morale et de la censure des œuvres.
Mais l’art peut-il s’assigner des buts éthiques et être jugé sur des critères moraux ? Carole Talon-Hugon dresse un état des lieux de ce nouvel agenda sociétal de l’art contemporain et procède à une éclairante mise en perspective historique. La question est bien de savoir ce que l’art et l’éthique ont à gagner ou à perdre à placer ainsi l’art sous contrôle. »

Ce qui m’a le plus interpellé dans L’art sous contrôle, ce qui m’a indigné, et ce qui a indigné les étudiant·es et les professeur·es de la Villa Arson qui l’ont fait savoir, ne relève pas de l’argumentaire académique et demandait une réaction rapide. C’est une note, l’avant- dernière note de la dernière page. Dans la conclusion de son essai, donc, l’autrice oppose d’un côté la morale kantienne qui prend l’humanité comme une fin et la morale moderne qui place « l’Autre en général au centre de l’éthique » (137), à, de l’autre, les éthiques communautaires contemporaines. Il faut citer le passage dans son entier pour comprendre tout le sens de la note en question :

« Or, bon nombre de combats de l’art sociétal ne visent pas cette humanité commune, mais concernent des groupes d’individus réunis en communautés par leur genre, leur couleur de peau, leur appartenance sexuelle, ou leur condition sociopolitique. L’éthique étant nécessairement universaliste et ces revendications catégorielles, il est préférable de parler de combats sociétaux plutôt que de combats éthiques.
Le risque est celui du solipsisme, de l’entre-soi et de l’enfermement. L’obsession des différences qui clivent au détriment des ressemblances qui rassemblent, favorise les communautarismes, l’intolérance et la suspicion. L’atomisation des revendications est indéfinie (note 1) et ouvre potentiellement sur des conflits sans fin (note 2). La conscience identitaire tend à remplacer la conscience politique et la vision d’un bien et d’un destin communs. Elle conduit à une fragmentation visible aux États-Unis jusque dans les disciplines qui s’occupent d’art : l’histoire de l’art est racisée et genrée ; l’esthétique est fragmentée en Black Æsthetics, Decolonial Æsthetics, Feminism Æsthetics, Migratory Æsthetics, Queer Æsthetics, Prison Æsthetics, etc. La conscience identitaire aboutit à l’abandon des communs sociopolitiques et au déchirement du tissu de la culture.
Il est ainsi fort à craindre que le tournant moralisateur de l’art contemporain ne conduise à une balkanisation de la culture dans laquelle l’art comme l’éthique ont plus à perdre qu’à gagner. » (137-138)

Nous avons donc la réponse à la question posée dans la quatrième de couverture. Qui est donc responsable d’une telle perte d’universalité ? Les artistes et théoricien·nes noir·es, décoloniales·aux, féministes, migrant·es, queer, prisonni·ères·ers, etc. Pourtant, on aurait pu croire que depuis leur origine, l’histoire de l’art et l’esthétique étaient aux mains d’un groupe qui cultivait l’entre-soi, le communautarisme et la conscience identitaire : les occidentaux blancs, hétérosexuels et bourgeois, dont Carole Talon-Hugon, Pierre Jourde et moi-même faisons partie. Mais bien sûr, de cela il n’est pas question car nous sommes universels. Nous sommes la communauté invisible, car nous sommes dominants dans tous les secteurs de l’art, de la culture et de l’université (et évidemment, de l’économie et de la politique). Que certain·es fassent entendre d’autres voix, d’autres points de vue, partagent d’autres expériences, apparaît sous la plume de Talon-Hugon comme une « fragmentation » qui rend impossible « la vision d’un bien et d’un destin communs », dont nous sommes les détenteurs exclusifs ; mais peut-être qu’il s’agit plutôt de mettre au jour les limites de notre point de vue et la domination de notre communauté.

La note 1 franchit un pas supplémentaire dans l’accusation en ne la faisant plus seulement porter sur des idées ou des courants de pensée, mais sur des groupes de personnes. Elle ne porte plus du tout sur l’art et l’esthétique, mais sur la sexualité et le genre. Je cite :

« Ainsi, l’acronyme LGBT (lesbian, gay, bisexuel, transgenre) s’est récemment allongé en LGBTQIA+ (Q pour queer, I pour intersexes, A pour asexuel) ; Mais le “+“ laisse ouverte la possibilité que d’autres préférences en matière sexuelle (fétichisme ? zoophilie ? pédophilie ?) revendiquent leur égale légitimité. »

Dans mon message publié sur facebook, j’ai dénoncé les préjugés homophobes du livre dont cette note (et ce qui la précède) est une démonstration – cette note que les étudiant·es de la Villa Arson se sont contenté de reproduire sur leurs petits placards, tellement son contenu leur semblait haineux. Ce n’est pas de l’avis de Pierre Jourde, qui affirme : « je ne vois pas ce que cette parenthèse a d’injurieux pour les homosexuels. »

Puisqu’il ne voit pas, apportons quelques éléments qui, j’espère, l’éclaireront.

Dans leur conclusion à leur livre L’homophobie (Que sais-je ?, 2019), Daniel Borillo et Caroline Mécary écrivent à propos des sanctions pénales de l’homophobie en France : « En outre, les discours assimilant par exemple les homosexuels à des pédophiles, à des zoophiles, à des animaux, voire à des infirmes, ou accusant les gays d’être des propagateurs du Sida peuvent faire l’objet d’une incrimination spécifique, celle du délit de provocation à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de l’orientation sexuelle [note : L’article 24 alinéa 8 de la loi du 29 juillet 1881 modifié par la loi du 27 janvier 2017 dispose que « seront punis des peines prévues à l’alinéa précédent ceux qui, par ces mêmes moyens, auront provoqué à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou identité de genre ou de leur handicap ou auront provoqué, à l’égard des mêmes personnes, aux discriminations prévues par les articles 225-2 et 432-7 du Code pénal.] ».

Pourquoi ces associations sont-elles punissables par la loi ? Il faut faire un peu d’histoire. En 1886, le psychiatre Richard von Krafft-Ebing, inventeur du mot « zoophilie », classe ce désir sexuel pour les animaux parmi un grand nombre de perversions, petites et grandes, comme la pédophilie, le fétichisme, le sadomasochisme et l’homosexualité. La perversion est ici comprise comme la déviance quant au sujet ou quant à l’objet du désir sexuel eu égard à une norme hétérosexuelle et reproductive. Autrement dit, tout désir, tout acte sexuel non reproductif est pervers1. Depuis, l’homosexualité a été retirée du catalogue des perversions (par l’OMS seulement en 1990) ; le DSM (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux) a remplacé le terme de déviances sexuelles par celui, moins péjoratif, de « paraphilies » en 1980, au sein desquelles l’homosexualité ne se trouve plus (mais ont été rajoutés les « troubles du genre »).

Plus qu’à la « normalité » des pratiques sexuelles, la loi est sensible à la contrainte non volontaire qu’elles imposent et c’est pourquoi elle condamne la zoophilie sous certaines formes et la pédophilie, quelle que soit sa forme. Même si, comme le rappelle Pierre Jourde, la pédophilie « était naguère défendue par bien des intellectuels », y compris de gauche, y compris homosexuels, puis-je rajouter après lecture du livre de Pierre Verdrager, L’enfant interdit2, ce n’est plus le cas aujourd’hui ; d’ailleurs, dans sa chronique en défense de Gabriel Matzneff, Jourde affirme clairement que celui-ci « doit répondre de ses actes » pédophiles, qu’il soit écrivain, « charcutier » ou « docker »3. Nous sommes donc d’accord sur ce point. Le problème, c’est que celles et ceux qui continuent d’associer homosexualité, pédophilie, zoophilie, etc., perpétuent l’idée que l’homosexualité est une perversion. Parfois explicitement pour des raisons religieuses, au nom d’un ordre « naturel » de la société, ou simplement par intolérance, ils et elles rejettent les gays, lesbiennes et les trans, parfois par la violence physique. Voici un petit « florilège » de ces déclarations homophobes :

Alors que l’on commence à parler de mariage gay en France, les représentants des organisations religieuses lyonnaises manifestent leur opposition à ce projet révoltant, qui risquerait de « destructurer l’humanité », en publiant dans Lyon Capitale le 13 février 2007 une déclaration commune (à l’exception des protestants), comme le cardinal Barbarin ou le grand rabbin de Lyon Richard Wertenschlag, qui affirme ainsi : « Les homosexuels ont des problèmes médicaux de type génétique ou des problèmes de pulsions. Il faut donc mettre des parapets, des limites, ou alors on devient une société décadente avec des zoophiles et des pédophiles. (…) Ils [Les protestants] ont des pasteurs homosexuels, c’est pour ça qu’ils n’ont pas signé [une condamnation du mariage homosexuel co-signée par les responsables catholiques, juifs et musulmans de Lyon]. Ils ne voulaient pas créer des mouvements à l’intérieur de leur communauté. »

Ces amalgames ont été fréquemment opérés dans les cortèges de la Manif pour tous en 2012-2013 ; ainsi, le directeur de l’association catholique intégriste Civitas, Alain Escada, a pu déclarer que la loi pour le mariage homosexuel ouvrait la porte à « des choses très bizarres, comme le mariage avec un animal ou la polygamie » ; François Lebel, maire LR du VIIIe arrondissement de Paris, a évoqué le risque de légalisation de la pédophilie, de l’inceste et des mariages consanguins ; Louis Noguès, conseiller municipal RN du Mans, a déclaré pour sa part le 26 février 2015 : « J’ai remarqué que, maintenant, ce n’est plus LGBT. Vous avez ajouté : “lesbiennes, gay, bisexuels, transsexuels, intersexuels, queers and friendly”. I don’t understand you ! Vous avez certainement oublié la zoophilie, c’est ça qui me gêne, vous avez oublié la zoophilie ! ». Il a été condamné en première instance, en appel et finalement en cassation, le 28 novembre 2017. Dans son jugement, la cour explique :

« par les propos incriminés, le prévenu a sciemment mis sur le même plan l’homosexualité, qui est une orientation sexuelle, et la zoophilie, qui constitue pour la psychiatrie un trouble de l’objet sexuel, par ailleurs susceptible de caractériser le délit de sévices sexuels envers un animal, et qu’un tel rapprochement contenait l’expression d’un mépris envers les personnes homosexuelles, constitutive d’un outrage et, comme telle, injurieuse ; que les juges ajoutent que le prévenu ne peut se prévaloir de la liberté d’expression garantie par l’article 10, § 1, de la Convention européenne des droits de l’homme, dès lors qu’une telle injure en raison de l’orientation sexuelle relève de la restriction apportée à cette liberté par le second paragraphe du même article, en vue de la protection de la réputation et des droits d’autrui. »

Plus violent encore, l’élu municipal Mourad Ghazli, ex-UDI, poste une vidéo le 30 juin 2016, à propos des homosexuel·les défilant pour la Gay Pride, dans laquelle il disait : « Les mecs qui sont naturistes ou partouzeurs, on le sait pas ! Ils vont dans les clubs échangistes, et voilà. Les mecs qui vont au tapin, ils se tapent les escort, les putes, et ils ferment leur gueule. Alors vous aussi, tapez-vous même un âne, mais surtout fermez vos gueules ! […] Vous croyez que dans les couples homosexuels, y’en a pas qui vont aller toucher le petit zizi du petit ? Les deux papas, les deux barbus ? Ça n’existera pas ? » entre autres amabilités du même genre. En 2017, l’essayiste Pascal Bruckner, dans l’émission C politique du 22 octobre, s’attaque à l’écriture inclusive et prenant l’exemple d’un collège canadien où elle était soi-disant obligatoire, il précise : l’écriture inclusive « concerne les catégories suivantes: LGGBDTTTIQQAAP. C’est-à-dire lesbiennes, gay, genders, queers, bisexuels, demis-sexuels, transgenres. Et ils ont oublié les onanistes, les fétichistes et les pédophiles. On ne voit pas pourquoi ils seraient exclus ! » Face à l’indignation de Marlène Schiappa, présente sur le plateau, Bruckner a ajouté qu’il s’agissait d’une plaisanterie. Mais qui peut trouver drôle ce genre de blague ?  Comme l’a démontré un journaliste du Nouvel Obs, il s’agissait, en réalité, d’un atelier de formation dans cet établissement de l’Ontario pour mieux intégrer les étudiant·es LGBT. Enfin, pour terminer cette pénible liste, Jean-Marie Le Pen a également été condamné en appel pour avoir rapproché l’homosexualité de la pédophilie.

À la suite de la Manif pour tous, les violences homophobes ou transphobes ont fait un bond énorme en France. En 2016, plus d’un millier de cas, dont un quart de violences physiques, ont été relevées par le Ministère de l’Intérieur. Le 17 août 2018, la prostituée trans Vanesa Campos a été assassinée par un groupe d’hommes au Bois de Boulogne, et ce n’est malheureusement pas le premier cas, ni le dernier : Jessica, une autre prostituée trans, a subi le même sort le 21 février dernier. Aux États-Unis, de 20 à 30 meurtres homophobes sont enregistrés depuis les années 2010, avec la triste exception du massacre contre un club gay d’Orlando le 12 juin 2016 qui fit 49 victimes. La plupart de ces meurtres combinent l’homophobie ou la transphobie et le racisme. Un rapport des Nations-Unies, publié le 17 novembre 2011, sur « les pratiques discriminatoires et les actes de violence dont sont victimes les personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre », établit une cartographie de l’horreur, des pays comme la France où les crimes homophobes et transphobes perdurent malgré les lois jusqu’à ceux où l’homosexualité est punie de mort.

On le voit, la note 1 de la page 138 de L’art sous contrôle s’inscrit dans une longue série qui remonte au début du XXe siècle et a pris un nouvel essor depuis la Manif pour tous en France, de réflexions homophobes dont certaines ont été punies par la loi. La parole homophobe se libérant, les actes homophobes ont augmenté en conséquence. Entendons-nous bien : je ne dis pas que Carole Talon-Hugon est homophobe (je n’en sais rien) ; je dis que ce qu’elle a publié ressemble à des propos qui ont été qualifiés d’homophobes par la justice et par les personnes qui souffrent de discriminations et de violences parce qu’elles sont identifiées comme membres de la communauté LGBTQI+. Alors de deux choses l’une. Ou bien Carole Talon-Hugon (et Pierre Jourde) l’ignorait, et c’est grave pour une chercheuse réputée d’émettre des opinions et de les publier dans un livre sans faire un minimum de recherche sur le sujet4. Mais c’est réparable. Ou bien elle le savait, et c’est encore plus grave car cela signifie que les idées qui hier relevaient des commentaires de blog d’extrême-droite, des provocations de politiciens populistes et des « plaisanteries » de personnalités médiatiques en mal de buzz, ont dorénavant droit de cité dans le monde universitaire.

Les livres, les articles, les billets de blog ne tuent pas. Le féminisme, la Gay Pride ou les appels au boycott d’étudiant·es d’école d’art non plus. L’homophobie, le sexisme et le racisme sont responsables chaque année de milliers de victimes. La liberté d’expression nous protège et protège celles et ceux qui ne sont pas d’accord avec nous. Mais les mots ont un sens, parfois un effet. Pendant que Pierre Jourde avertit des dangers du fascisme qui guettent les écoles d’art et attend avec anxiété l’arrivée des « Gardes rouges », pendant que Carole Talon-Hugon disserte sur les dérives communautaires de l’art sociétal, en associant homosexualité, pédophilie et zoophilie, les artistes et les militant·es LGBTQI+ se battent pour survivre dans des sociétés qui ont encore du mal à les accepter, faire changer les mentalités et rendre le monde meilleur.

  1. Régis Revenin, « Conceptions et théories savantes de l’homosexualité masculine en France, de la monarchie de Juillet à la Première Guerre mondiale », Revue d’histoire des sciences humaines, n° 17, 2007/2, p. 23-45, en ligne : https://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2007-2-page-23.htm. []
  2. Il faudrait rentrer dans le détail de ce qu’on appelait alors « pédophilie », des différences argumentatives selon les milieux sociaux et les tendances politiques, des positions théoriques et des défenses juridiques, du silence de l’Église ou des points de vue des victimes, pour nuancer, comme le fait Verdrager, l’évolution complexe de l’attitude de la société à l’égard de la pédophilie. []
  3. Notons au passage l’échelle descendante dans l’ordre social que suppose la séquence de ces trois métiers et, de là, l’idée implicite que l’écrivain est « grand ». []
  4. Notons que C. Talon-Hugon ne semble pas pleinement maîtriser ce vocabulaire, utilisant l’anglais et le français (lesbian / bisexuel), ou inversant l’ordre des lettres dans d’autres passages du livre et parlant ainsi du « combat LGTB » (18) ou des « thèmes LGTB, féministe, postcolonial ou écologique » (29). En outre, elle considère comme « préférences en matière sexuelle » ce qui n’a rien à y voir comme la transidentité ou l’intersexuation. On s’étonne qu’une maison d’édition réputée sérieuse comme les P.U.F. laisse passer ce genre de choses. []